Cameroun : Comment Vincent Bolloré a perdu un autre port en Afrique

0
651

Candidat à l’appel public international à manifestation d’intérêt pour la gestion du terminal à conteneurs de Douala-Bonabéri, D.I.T. est absent de la Short-list.

Lorsque le 12 janvier 2018, le Directeur général (DG) du port autonome de Douala (PAD) Cyrus Ngo’o lance un appel public international à manifestation d’intérêt à l’intention des entreprises portuaires désirant participer à la procédure de présélection des candidats à l’Appel à Consultation Restreinte pour la rénovation, la modernisation, l’exploitation et la maintenance du Terminal à conteneurs du Port de Douala-Bonabéri, les observateurs avertis y voient la fin de règne de Vincent Bolloré sur le port de Douala. Le consortium Apmt-Bolloré représenté ici par la société Douala International Terminal (DIT), gère depuis la concession de 2005 le terminal à conteneurs du port de Douala.

Vincent Bolloré, huitième fortune de France a déjà dans l’opinion publique une image écornée par ses différentes affaires. La plus récente étant sa garde en vue en France en avril 2018, dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de corruption visant l’obtention de concessions au Togo et en Guinée – Conakry. Pure coïncidence ou pas, en avril 2018 : les candidats à l’appel à manifestation d’intérêt du PAD sont connus. DIT de Bolloré Logistics en fait partie pour se succéder à lui-même (consortium Bolloré-APM Terminals), pour une nouvelle concession dès 2020. L’actuelle concession expire en décembre 2019.

Un an plus tard, comme le prévoit d’ailleurs l’appel à manifestation d’intérêt, le PAD publie la Short-list. Des dix candidats retenus et dont CamerPress [ Cf Edition N°52 du 3 avril 2018] a eu connaissance, cinq viennent d’être « pré-qualifiés », pour poursuivre la compétition. Le candidat du groupe Bolloré n’en fait pas partie. On y retrouve CMA Terminals, basé à Marseille en France ; la société émiratie Dubaï Port World ; Hutchison Port Investments Ltd, entreprise immatriculée aux Iles Caïmans ; le Saoudien Red Sea Gateway Terminal et Terminal Investment Ltd, une société basée à Genève, en Suisse.

Selon certaines sources crédibles, qui parlent d’exclusion, une première short-list de quatre entreprises avait été arrêté avec DIT (Bolloré-APM Terminals), Hutchison Port Holdings (HPH), Port of Singapore Authority (PSA International) et Dubaï Ports World (Dp-World).

Finalement, la liste initiale aurait été rallongée, puisqu’elle compte désormais cinq entreprises pré-qualifiées. Bien plus, elle aurait été remaniée, avec notamment l’exclusion de DIT (Bolloré-APM Terminals) de la suite du processus, de même que la société Port of Singapore Authority (PSA International). Une démarche qui peut inspirer admiration et courage des examinateurs commis à la tâche tant l’entre-gens dont se vantent certains responsables du groupe Bolloré doit susciter peur et mythe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici