Mœurs : L’homosexualité bientôt légalisée au Gabon d’Ali Bongo

0
467

L’Assemblée nationale vient de voter la dépénalisation de cette pratique sexuelle à la majorité relative. L’avis du Sénat reste très attendu.

Au Gabon, les députés ont voté hier mardi 23 juin un projet de loi soumis par le gouvernement sur la dépénalisation de l’homosexualité. Très contesté dans l’opinion, ce projet de loi divise même au sein de la majorité au pouvoir. C’est un peu à la surprise générale que le gouvernement a déposé sur la table des députés ce projet de loi. Il y a près d’un an, un nouveau code pénal est entré en vigueur au Gabon. L’alinéa 5 de l’article 402 de ce code permettait au législateur de punir tout acte homosexuel avéré.

Selon le gouvernement, le retrait de cette disposition met fin à une discrimination. Cependant, le texte est très contesté même par les députés de la majorité. 48 ont voté pour et 24 contre. 25 se sont abstenus. Les homosexuels devront pourtant attendre encore. Le Parlement gabonais étant bicaméral, la loi votée par les députés doit être également votée par les sénateurs en des termes identiques avant sa promulgation. En cas de divergence, les deux chambres du Parlement se réuniront en congrès pour harmoniser le texte avant le vote définitif. Le PDG, parti au pouvoir étant majoritaire au Sénat apparemment il n’y a pas de soucis, même si sur les réseaux sociaux, la colère monte.

Au Cameron, cette pratique est interdite par la loi. Il y a quelques années, les Occidentaux ont voulu forcer la main aux Camerounais en dénonçant ce qu’ils considèrent comme l’homophobie et en essayant de financer des homosexuels vivant au Cameroun. Mais, en face, ils ont rencontré la rigueur du gouvernement et la désapprobation de la société civile. En d’autres termes, le Cameroun dans sa majorité ne veut pas de cette affaire, qui elle-même n’est pas entièrement acceptée dans les pays occidentaux, bien que les mariages de même sexe soient déjà autorisés. Même aux Etats-Unis, tous les Etats n’ont pas encore légalisé l’homosexualité.

Source : RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici