Le Cameroun actualise sa stratégie de développement du secteur rural

0
271

L’atelier de validation du Document de la stratégie de développement du secteur rural couplé à son Plan national d’investissement agricole (SDSR/PNIA) pour la période 2020-2030, débute ce jour à Yaoundé.

En 2019, dans le cadre de la formulation de la deuxième phase de la vision nationale de développement à l’horizon 2035, le Gouvernement du Cameroun s’est engagé à réviser et/ou actualiser les stratégies sectorielles existantes. Pour le secteur rural, le processus d’actualisation de la stratégie de développement sectorielle et du plan national d’investissement agricole (SDSR/PNIA) s’est déroulé sous la coordination du secrétariat technique du comité d’orientation et de supervision de la SDSR. Cet organe mis en place en juin 2018, reprend l’essentiel des membres de l’équipe Cameroun chargée de la mise en œuvre du programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA).

Au terme des phases préliminaires ayant conduit à la pré-validation d’un document provisoire de SDSR/PNIA 2020-2030 par les instances régionales, les différents acteurs se retrouvent les 09 et 10 septembre 2020 à l’hôtel Mont-Febe de Yaoundé, pour la validation nationale. L’objectif global de cet atelier est de présenter aux acteurs la version provisoire du Document de SDSR/PNIA 2020-2030 et s’assurer de la prise en compte des propositions d’enrichissement y relatives. Ce dernier devra faire l’objet d’une appropriation par toutes les parties prenantes, afin de servir de cadre de référence pour les interventions des acteurs du secteur sur la période 2020-2030.

La cérémonie protocolaire de lancement de l’atelier s’est déroulée ce 9 septembre sous la présidence du Ministre de l’agriculture et du développement rural (MINADER). Outre les personnels administratifs et techniques gouvernementaux, les participants à ces travaux étaient les partenaires techniques et financiers ainsi que les organisations de la société civile du secteur rural, les plateformes des organisations de producteurs, les universités et le Conseil national de la jeunesse (CNJ).

Dans son propos introductif, le Représentant de la FAO au Cameroun, porte-parole des partenaires techniques et financier, le Dr Athman Mravili a relevé l’importance de cette activité en soulignant qu’ « à l’issue du présent atelier, le Cameroun disposera d’un excellent outil de pilotages économiques et politiques dans le secteur rural ».

A son tour, Gabriel Mbairobe, ministre de l’Agriculture et du développement rural a appuyé ses propos en déclarant que « le PNIA doit servir de référence et cadre de cohérence aux différentes interventions dans le secteur rural ». La partie technique se déroulera en deux phases, une première en plénière et l’autre en ateliers. Les travaux techniques en plénière seront dirigés par le Secrétaire Général du MINADER, aux fins de présentation et échanges sur le document SDSR/PNIA 2020-2030. Pour ce qui est des travaux en ateliers, quatre groupes seront constitués pour un examen approfondi des différents domaines d’investissements du SDSR/PNIA 2020-2030, afin d’enrichir les différentes parties du document. Une synthèse finale des travaux viendra mettre en commun les échanges, suivie par la cérémonie de clôture de l’atelier.

Afin de renforcer son rôle de puissance agricole sous régionale, le Cameroun a sollicité l’accompagnement de la FAO, à travers la signature le 04 septembre 2015, d’un accord instituant la mise en œuvre d’un programme de Partenariat financé par le Cameroun, pour une durée de 5 ans. Ce programme vise à soutenir la sécurité alimentaire, la nutrition, le développement agricole et rural, son principal défi étant de relever le passage à une production rurale semi-intensive et intensive.

La FAO a une longue expérience et un savoir-faire en matière d’assistance technique au développement agricole qu’il met au service du Cameroun à travers ses programmes et projets sur le terrain, portant sur divers aspects et actions de développement agricole. Elle appuie les pays en voie de développement et les pays en transition dans la modernisation de leur agriculture, afin de contribuer à l’éradication de la faim dans le monde et à la réduction de la pauvreté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici