Football : Jules Denis Onana l’autre roc des lions indomptables du Cameroun

0
424

On parlait des défenseurs athlétiques de l’histoire des Lions Indomptables. Le devoir me recommande de lui rendre aussi un hommage mérité, pas parce que c’est mon ami, mais parce que lors de la Coupe du monde 1990 en Italie, il a donné encore plus que ce qu’on pouvait espérer ou attendre de lui.

Lui, c’est Jules Denis Onana. On a beaucoup parlé de Benjamin Massing, de son combat de gladiateurs contre Diego Armando Maradona, du découpage en règles de Claudio Caniggia, du carton rouge de l’arbitre français Philippe Vautrot. Mais on oublie souvent de parler aussi de celui qui a assuré plus que l’intérim, le jeune stoppeur du Canon qui, parti pour être remplaçant, ravira le poste à Massing pour devenir titulaire indiscutable dès le second match contre la Roumanie.

Le huitième de finale contre la Colombie lui permettra de rendre une copie parfaire, avec des tacles saignants, des duels incisifs contre Rincon, Redin, Valderrama pour permettre au Cameroun de devenir la première équipe africaine à se hisser en quart de finale de coupe du monde.

Les Lions ne perdront le quart de finale contre l’Angleterre qu’à cause de son absence et de celle de Victor Ndip Akem, André Kana Biyik et Emile Mbouh Mbouh. Il poursuivra sur la même lancée lors de la CAN 92, mais ne sera pas sélectionné pour la Coupe du Monde de football USA 1994 à cause des tripatouillages sous le Français Henri Michel. Il a ouvert la voix de l’Indonésie après un passage à l’Aigle de Nkongsamba. Respect à toi, mon ami.

Claude KANA, Historien du football

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici