Cameroun : Le Covid-19 asphyxie l’économie de la Haute Sanaga

0
214

Nanga-Eboko, Nkoteng et Mbandjock menacées car ces villes poumons du développement économique de la Haute Sanaga perdent en chiffres d’affaires.

La situation est lamentable. Peu à peu même si cela reste lointaine des yeux des populations de ce département, les débits de boissons et autres agences de transport dessinent au quotidien le mal profond qu’essuie l’économie de la Haute- Sanaga, l’un des départements sur dix de la Région du Centre le plus économiquement structuré avec l’implantation de la société sucrière du Cameroun dont le siège social est établi à Nanga- Eboko.

En plein effondrement, la grosse ‘’PME‘’ qui englobe les petit- secteurs pourvoyeurs de la main d’œuvre locale à basse échelle broie du noir face à la montée des secteurs dit ‘’ du système D ‘’. Ce système D qui à ce jour, presque incontrôlé par les représentations du Commerces, des finances et de l’économie en place, a le vent en poupe quoique localement ne participe qu’au gain hebdomadaires de 100 à 200 FCFA de frais de places sur les taxes communales.

Christophe Salomon Ndengué, 19 ans a délaissé la vente marchande des articles de la brocante dans un marché de Nkoteng pour se lancer au commerce des masques pré- fabriqués dans les  rues de cette ville sucrière. Au plus tard 7 heures du matin, le bleu du business en quête d’un boni autour des nouvelles activités du Covid-19 arpente les artères de quelques quartiers de ce qu’il qualifie comme son empire pour écouler la marchandise acquise auprès d’une couturière.

Déclin et espoirs

Si Christophe Salomon fait cas de bon bleu businessman, ce n’est pas pour autant celui de Ramatoulaye Djota qui chavire malgré le peu de gros investissement injecté pour faire du snack VIP ‘’ Makè nèn nè diss « Ndlr : Je vais aller voir de mes yeux ; en langue Nanga » l’un des milieux attrayant avec toutes les commodités du showbiz à Nanga-Eboko. Avant la mesure de fermeture des coins comme le sien à 18 heures, le promoteur culturel de la ville produisait des chiffres d’affaire assez salvateurs.

Aujourd’hui la suite est tragique. Le nouvel adage opté pour bon nombre des responsables de PME est l’asphyxie de leur économie. Le Covid-19, la dévastatrice silencieuse, met progressivement à genou les chiffres d’affaires et investissements, soit près de 2 millions de FCFA en presqu’un mois et demi selon nos investigations. Et ceci les pertes vont encore grimper comme partout ailleurs au Cameroun après que le rideau soit fait sur la situation durant les mois à venir.

Au quotidien c’est une assurance et rappel à la vingtaine de mesures que réitère l’administration territoriale. Albert Nanga Dang, le Préfet actuel y a même organisé des descentes d’informations et de sensibilisations afin d’apaiser les cœurs des uns et des autres. En sachant comment ramener chaque tenancier d’espaces marchands de tous bords, le Préfet a su donner espoirs aux « commerciaux » de son unité administrative.

Pour l’heure au moment où nous mettons cet article sous presse, aucun cas du Covid-19 n’est déclaré par la Haute Sanaga avec ses frontières. Chose que le corps médical de concert avec les « businessmen and women» combattent avec dernière énergie sur le terrain en conférant regard sur l’économie. L’économie ralentie dans la Haute-Sanaga, pendant qu’un tout autre espoir prend réveil sur le mastodonte projet du Port Sec de Nanga – Nkoteng dont le transfert déchire déjà.

Installez l’Appli de Camer-Press pour suivre l’Actualité sur votre Téléphone via ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici