Cameroun / Laurent Belinga Etoundi : ‘‘La modernisation de l’Aviation civile est en marche’’

0
334

Le Chef de la Division de l’Aviation civile interrogé par le Magazine du ministère des Transports du Cameroun.

Quel est l’impact des recommandations de la 1ère session du Comité national de Sûreté de l’Aviation civile sur les activités dudit secteur ?

Les recommandations formulées à l’issue de cette session visent à rendre nos aéroports plus sûrs à travers le  renforcement des mesures relatives à la sûreté d’une part. Et la sécurisation des domaines aéroportuaires nationaux d’autre part.

Deux Arrêtés consécutifs ont été signés le 10 juin dernier par le Ministre des Transports concernant le secteur de l’Aviation civile. Dites-nous brièvement quelles sont les nouvelles dispositions encadrées par ces deux textes ?

Le Ministre des Transports a signé deux arrêtés le 10 juin 2019. Il s’agit en effet de l’Arrêté N°00007/A/MINT fixant les normes de conception, de construction et d’exploitation des aérodromes au Cameroun. Lequel est complété par l’Arrêté N°00008/A/MINT fixant les règles de mise en œuvre des systèmes de gestion de la sécurité par les prestataires de services aéronautiques. Ces deux textes ont pour objet l’internalisation des dispositions de l’annexe 14 de la Convention relative à l’aviation civile internationale, à l’effet de conduire les aéroports du Cameroun à la certification et de les y maintenir.

Dans cette logique, le premier texte abroge l’Arrêté N°154/A/MINT du 03 juillet 2015 relatif aux normes de conception, de construction et d’exploitation des aérodromes et redéfinit les normes y relatives obligatoires pour les Etats, en vue d’assurer un niveau acceptable de sécurité et de sûreté des vols. Pour le cas du Cameroun, l’application de certaines normes de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) a été réservée pour une raison essentielle : lesdites normes sont en effet relatives à l’exploitation sous les conditions climatiques inexistantes dans notre pays, notamment la neige, la glace…

Le deuxième texte, lui, énonce les normes et autres pratiques recommandées qui sont destinées à faciliter la gestion des risques de sécurité de l’aviation civile, tant par les États que par les prestataires de services aéronautiques.

Quelles sont les perspectives que vous entrevoyez pour la modernisation continue du secteur de l’Aviation civile ?

Il convient tout d’abord de rappeler que des avancées significatives ont été observées depuis quelques années dans la modernisation du secteur de l’Aviation civile, notamment en ce qui concerne la formation, avec l’ouverture des Centres de formation agréés OACI par la Cameroon Civil Aviation Authority (CCAA), à Yaoundé, Douala et Garoua. Il y’a également les excellents résultats obtenus par le Cameroun au terme de l’audit de l’OACI d’avril 2018,  l’achèvement des travaux de la phase 1 du projet de réhabilitation de l’Aéroport international de Douala en décembre 2018, et l’adhésion du Cameroun au MUTAA (Marché Unique de Transport Aérien Africain) qui va consacrer l’ouverture du ciel à notre compagnie aérienne nationale.

S’agissant des perspectives relatives à la modernisation de ce secteur, il y’ a la poursuite des actions entamées à l’Aéroport international de Yaoundé-Nsimalen pour le renforcement des mesures de sûreté. Ainsi en est-il aussi dans les autres aéroports, en l’occurrence celui de Douala. Nous avons également le lancement, dans les prochains jours, de la deuxième phase du projet de modernisation de l’Aéroport international de Douala, et l’achèvement du processus de certification.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici