CamerPress – Cameroun : Le Minfi Louis Paul Motaze éclaire les députés sur le débat d’orientation budgétaire

0
91
????????????????????????????????????

Hier à l’Assemblée nationale, Louis Paul Motaze s’est longuement expliqué sur les grands piliers du Document de programmation économique et budgétaire à moyen terme 2022-2024.

Par Cameroon Tribune

L e rapport du passage du ministre des Finances (Minfi) devant la Commission des finances et du budget de l’Assemblée nationale, lu hier par l’honorable Edgard Ndongo Eteme, n’était pas suffisant pour convaincre les députés. Ils étaient encore une vingtaine à passer au pupitre hier, pour interpeller à nouveau Louis Paul Motaze. C’était au cours de la séance plénière relative au débat d’orientation budgétaire, présidée par le premier vice-président, Hilarion Etong.

Parmi les préoccupations majeures des députés, la dette, la pression fiscale, l’accélération de la décentralisation, les priorités du gouvernement, la relance économique dans un contexte encore marqué par le Covid-19, les piliers de la Stratégie nationale de développement 2020/2030…Des questions et recommandations pour lesquelles le Minfi s’est voulu explicatif et réceptif. D’entrée de jeu, Louis Paul Motaze a souligné que cet exercice est capital dans la préparation du budget, car il permet aux députés d’y participer effectivement.

Le Document de programmation économique et budgétaire à moyen terme 2022-2024 servant de base de discussion du débat d’orientation budgétaire sur la préparation du projet de budget de l’Etat du Cameroun pour l’exercice 2022. Parlant de l’exercice 2022, le Minfi a indiqué que les projections du budget général de l’Etat s’équilibrent en recettes et en dépenses à 5 649,7 milliards de F, en hausse de 68,4 milliards de F par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global quant à lui, est projeté à 516,8 milliards de F en 2022 ; soit une réduction de 237 milliards du besoin de financement de l’Etat.

Pour ce qui est des piliers de notre modèle de développement, il a été rappelé « la nécessité de la transformation structurelle de l’économie, en prenant en compte les risques et les menaces exogènes, la remédiation à certaines tendances lourdes de l’économie, notamment la dépendance vis-à-vis de l’extérieur ». Pour ce faire, le gouvernement entend par exemple développer le patrimoine économique ou mettre à la disposition des Collectivités territoriales décentralisées, 15% des recettes de l’Etat. Ceci en vue de renforcer la décentralisation par le transfert effectif des compétences et des moyens.

Sur les priorités des politiques publiques pour la période 2022-2024, le Minfi a indiqué que l’accent serait mis sur la poursuite de la mise en œuvre du plan global de riposte pour la lutte contre le Covid-19 et ses répercussions économiques et sociales, la finalisation de la mise en service des grands projets de première génération, la réalisation du plan présidentiel de reconstruction et de développement des régions affectées par les crises sécuritaires en particulier celles du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord et l’accélération de la décentralisation, entre autres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici