Cameroun : Voici le Secrétaire général du Conseil régional du Centre Alain Patrice Minkanda

0
605

Cet inspecteur principal des affaires sociales a été nommé par le chef de l’Etat, Paul Biya pour l’animation de l’administration de cette collectivité décentralisée.

Par Essingan

A sa nomination du lundi 25 janvier 2021, Alain Patrice Minkanda II Mezo’o était chef de cellule de l’action économique et sociale au ministère de la Décentralisation et du Développement local. Agé de 50 ans, celui qui a également été conseiller en organisation administrative au ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative, jusqu’au 18 novembre 2019, est né à Ayos dans le département du Nyong-et-Mfoumou. Originaire de l’arrondissement de Nyakobdombo. Yebekolo, il jouit de 21 ans d’expérience. Surtout connu comme un auteur fécond, il est titulaire d’un doctorat Ph D en philosophie, avec une spécialisation en philosophie africaine, il a rendu publics quatre essais portant respectivement sur les questions de genre, le théâtre, la philosophie, les politiques publiques et l’évaluation du rendement au travail.

Diplômé de l’Ecole des hautes études publiques de Monctone au Canada, il aura été chef du service au ministère de la Condition féminine et sous-directeur de la solde et des pensions au ministère des Affaires sociales. Parmi les ouvrages qui retiennent l’attention, «Père Meinrad Hebga face à la critique». Un texte qui vise à réhabiliter pleinement la pensée du Père Meinrad Hebga. L’auteur expose ainsi l’essentiel des critiques formulées contre sa «philosophie du paranormal». Il s’agit de celles qui rejettent le recours aux sciences dures aussi bien que la convocation du mythe et du mystère, du théologique et de l’irrationnel, du fanatisme et du dogmatisme dans l’articulation d’une pensée qui se déclare philosophique.

L’auteur de cette étude s’attache à chacun des griefs formés contre la philosophie complexe de Meinrad Hebga, dont l’intérêt épistémologique est avéré, et mérite d’être reconnu. Dans l’article: «Leviers de la performance dans les organisations publiques suisses : l’importance d’un pilotage participatif», Alain-Patrice Minkanda consultant du cabinet Obiv Solutions, s’inspire des organisations publiques suisses. Et propose à l’administration publique camerounaise de se tourner vers le «pilotage participatif ». Corédigé par David Giauque, Valérie Barbey et Nathalie Duc1, ce texte met en évidence les facteurs qui impactent, de manière favorable ou défavorable, la perception de la performance individuelle ou collective. D’emblée les auteurs posent que l’accroissement de l’efficience organisationnelle et de la performance individuelle se fait non pas tant par l’introduction des principes et outils de la nouvelle gestion publique (Ngp).

Climat social

Il faut de ce fait, pour lui, réintroduire des «facteurs organisationnels » et d’autres «éléments basiques». Tel est son parti pris pour une administration camerounaise plus performante. L’article présente, dans une approche quadridimensionnelle, les résultats d’une étude antérieure. La première a trait au cadre conceptuel, la seconde présente la méthodologie de l’enquête, la troisième expose les résultats et la quatrième tire les conclusions. Au sujet du cadre conceptuel, les concepts qui entrent en ligne de compte sont: le climat social, le pilotage et les outils de la nouvelle gestion publique. C’est ici que se révèle ses capacités en management. Alain Patrice Minkanda étant par ailleurs, titulaire d’un diplôme en management, à la suite de son parcours au cycle A de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam) dont il est également diplômé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici