Cameroun – Verdict du TAS : Grand retour possible annoncé pour diriger la Fecafoot

0
484

Selon Me Alain Nguini, spécialiste des questions de sport, la correspondance de la FIFA n’a aucune valeur juridique après le verdict du Tribunal arbitral du sport et que le comité exécutif actuel n’a aucun droit de gérer les affaires courantes.

C’est le grand flou au siège de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) au quartier Tsinga à Yaoundé, capitale du Cameroun. Le Tribunal arbitral de Sport (TAS) en Suisse a rendu son verdict sur l’affaire Comité exécutif de la Fecafoot contre es clubs camerounais. Le TAS a dit le droit et est parvenu à la décision selon laquelle il faut annuler tout le processus qui a conduit à l’élection de l’actuel comité exécutif présidé par Séidou Mbombo Njoya. Après ce verdict du TAS, qui est sans recours – donc sa décision doit être exécutée – le Secrétaire général de la Fecafoot a écrit à sa « tutelle » la Fifa pour lui demander quelle est la conduite à tenir. Dans une correspondance en date du 16 janvier dernier, la Secrétaire générale de la Fifa lui répond que l’équipe actuelle peut rester en poste pour gérer les affaires courantes en attendant d’organiser d’autres élections.

« La correspondance de la Fifa n’a aucune valeur juridique », précise Me Alain Nguini, avocat au Barreau du Cameroun et spécialiste des questions de sport.  Pour Me Nguini, ce verdict du TAS voudrait dire que le comité exécutif de Seidou Mbombo Njoya est supposé n’avoir jamais existé et qu’il faut revenir au Statu quo ante. C’est-à-dire à la normalisation conduite par Me Dieudonné Happi.

Me Nguini est même plus précis et plus tranché que Cabral Libii, qui a parlé d’une sortie paradoxale de la Fifa, qui est quasiment en contradiction avec le verdict du TAS. Il faut déjà préciser que ce n’est pas le grand amour entre la Fifa et le TAS.

Nommé par la Fifa, Me Dieudonné Happi a conduit la Normalisation à la Fédération camerounaise de football entre Août 2017 et décembre 2018 (18 décembre) quand l’équipe de Séidou Mbombo Njoya a pris les clés de la tour de Tsinga. Sur le plan pratique, la Ligue de football professionnel du Cameroun du général Pierre Semengue peut lancer un Ouf de soulagement. Car, c’était la guerre entre le bataillon de Pierre Semengue et le Comité exécutif de Seidou Mbombo Njoya. Au point où Pierre Semengue a été obligé d’aller chercher des arbitres en Guinée Equatoriale pour lancer le championnat de première division car le président de la Fecafoot lui a refusé « ses » arbitres.

Urgent !

Suivez l’actualité du Cameroun en Installant sur votre Téléphone l’Application CamerPress en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici