Cameroun – Urgent – Fecafoot: La jurisprudence oblige sur l’élection de Samuel Eto’o au TAS en Suisse

0
540

Il y avait cinq (5) dossiers au TAS en rapport avec la Fédération camerounaise de Football: TAS 2021/A/8347, TAS 2021/A/8361 et TAS 2021/A/8445 de l’ex international Camerounais Emmanuel Maboang Kessack, l’un des buteurs des Lions Indomptables de la Coupe du Monde 1994 aux USA.

En réalité, ces trois procédures visaient essentiellement l’annulation du processus électoral dans le cas ou Seidou Mbombo Njoya avait été élu. Mais étant entendu que c’est Samuel Eto’o qui l’a emporté, il était tout à fait clair que ces procédures devaient tôt ou tard quitter les tribunaux, ce d’autant plus qu’il n’y a jamais eu de soucis entre le Pitchitchi et Pelé.

La quatrième procédure en instance au TAS est plutôt bizarre et essentiellement revêtue d’une illégalité déconcertante.

Aussi  curieusement que cela puisse paraitre, c’est sur celle-laa que l’Honorable Cabral Libii , Abdouramane Ahmadou Baba, Ekoue Domingo et une pléiades d’autres acteurs de tous bords se fondent pour penser, d’aucuns à un comité de normalisation totalement illusoire et même hypothétique, et d’autres à un renvoi pur et simple de Samuel Eto’o et son bureau exécutif, pourtant  brillamment élu le 11 Décembre 2021 au quartier.

Il s’agit de quoi en réalité?

Le 15 Janvier 2021, la veille du coup d’envoi du CHAN TOTAL CAMEROUN 2021, le TAS a rendu une décision que j’ai pris la peine de lire de bout en bout sur le mur du journaliste Thierry Ndoh . Cette décision, très célèbre, invalidait le processus électoral ayant conduit Seidou Mbombo Njoya à la tête de la Fecafoot.

Ce que les gens refusent de dire c’est que sur pétition de Abdouramane et compagnie, cette même décision du TAS a rejeté la demande visant à faire de l’exécutif de 2009, le seul représentant légal de la FECAFOOT. En d’autres termes, l’ Assemblée Générale de 2009 était donc morte et définitivement enterrée.

Cela n’a pas empêché la CCA que nous appelons volontiers la Chambre de non conciliation et d’arbitraire, de passer outre la décision du TAS et de reconnaître l’AG de 2009 comme représentant légal de la Fecafoot. C’est une extraordinaire hérésie juridique parce que la CCA ne saurait renverser une quelconque décision du TAS qui est la cour suprême supranationale en matière de sport. Une cour subalterne ne saurait se donner le droit d’inverser une décision prise par une instance juridictionnelle supérieure.

La Fecafoot de Seidou Mbombo Njoya n’a à juste titre donné aucune considération à cette décision illégale il faut le souligner avec force, et a fait appel au TAS, sans toutefois payer les frais de procédure, ce qui veut en fait dire que la Fecafoot n’a jamais pris cet appel au sérieux et avec raison.

Eto’o Fils a hérité de cette procédure et jusqu’aux dernières nouvelles, les frais n’ont toujours pas été payés. Cela veut dire que cette procédure n’est pas du tout enrôlée au TAS, ce qui justifie l’absence de référence. Par conséquent, le TAS ne saurait rendre une décision sur une affaire non enrôlée.

Même si par extraordinaire, le TAS était amené à rendre un verdict sur cette question, la jurisprudence de sa décision du 15 Janvier 2021 lui interdit de se dédire et donc, le TAS se limiterait à confirmer sa décision du 15 Janvier 2021 refusant de considérer l’AG de 2009 comme représentant légal de la Fecafoot.

La cinquième et dernière procédure pendante au TAS est celle déposée par l’AG de 2009. Elle demande au TAS d’invalider le processus électoral ayant conduit Samuel Eto’o à la présidence de la Fecafoot. Comme expliqué plus haut, le TAS a déjà tranché: l’AG de 2009 n’existe plus. Elle n’est donc pas compétente pour demander l’annulation d’un quelconque processus électoral de la Fecafoot.

Certaines mauvaises langues affirment que Samuel Eto’o a aussi saisi le TAS par rapport au processus électoral l’ayant porté à la tête de la Fecafoot. C’est totalement faux, car il s’était contenté de saisir les instances faîtières du football mondial (FIFA) et Africain (CAF) eu egard à certaines fraudes qu’il redoutait durant le processus. On peut dire que ces saisines n’ont eu aucun impact puisque la FIFA, la CAF et même l’état du Cameroun ont supervisé et validé ledit processus électoral de bout en bout.

En conclusion, tous ceux qui rêvent d’un nouveau Comité de Normalisation rêvent en plein jour.  Ceux qui pensent que le TAS invalidera le processus électoral ayant fait de Samuel Eto’o le Président de la Fecafoot, le disent simplement parce qu’il ne maîtrise pas le droit en general et le sujet en question en particulier, même si certains d’entre eux sont des juristes de très haut vol.

On ne peut pas tout maitriser, doit-on se résoudre à se dire. Samuel Eto’o est venu à la Fecafoot pour rester longtemps, très longtemps même. Pas moins de cinq mandats (20 ans) qui permettront à la Fecafoot de devenir l’UNE DES PLUS GRANDES FÉDÉRATIONS DE LA PLANÈTE TERRE et au football Camerounais de rêver de gagner la coupe du monde..

Source : Camerplay.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici