Cameroun : Un ministre de de la République attendu au Tribunal à Maroua

0
366

L’audience qui devait se tenir le 24 mars dernier à la Cour d’Appel de l’Extrême-Nord concernant le ministre Adoum Gargoum a été renvoyée d’office au 28 avril prochain.

C’est comme qui dirait un ouf de soulagement pour le ministre Adoum Gargoum, attendu à la Cour d’appel de Maroua pour l’audience l’opposant, avec le ministère public à Bichara Rahis, opérateur économique. Le premier poursuit le second pour «outrage à corps constitué». Devant une première juridiction, celle du tribunal de première instance de Kousseri, le ministre avait été débouté. Rahis Bichara avait alors été déclaré non coupable d’outrage à corps constitués. Le tribunal

l’avait alors relaxé «pour délit non constitué ; mets à la charge du trésor public les dépens liquidés à la somme de 74 410 francs CFA ; se déclare incompétent à statuer sur les intérêts civils ; avertit les parties de leur droit de relever appel du présent jugement dans les délais de 10 jours à compter du lendemain de son prononcé et de 05 jours pour notification de l’acte d’appel principal».

Une décision rendue le 04 avril de l’année dernière. Non content de cette décision, le ministre avait alors décidé avec ses avocats d’interjeter appel et l’affaire était revenue à la cour d’appel de l’Extrême-Nord à Maroua. Ainsi enrôlée, la première audience dans cette nouvelle juridiction s’était tenue le 22 octobre dernier. Celle-ci, qui n’avait duré que quelques minutes, avait été immédiatement renvoyée au 26 novembre 2019 en raison de l’absence de l’accusé. Et pour cause, ce dernier n’avait pas été convenablement cité, selon la loi, avait laissé entendre à ladite audience son avocat Me Amadou Djougdoum.

L’audience du 26 novembre avait elle aussi connu un nouveau renvoi, et la nouvelle date arrêtée avait été celle du 24 mars 2020. Hier à la Cour d’appel de l’Extrême-Nord, aucune audience ne s’est tenue. Toutes les affaires inscrites au rôle ont été renvoyées d’office au 28 avril 2020, celle nous concernant également. Pourtant, elle représentait une audience d’envergure pour les différentes parties, surtout celle poursuivie : «el Hadj Bichara qui est passé plusieurs fois devant les juges en abandonnant ses affaires pendant 1ère phase de cette affaire, estime que le ministre qui est le principal intéressé, puisque c’est lui qui a porté plainte et c’est également lui qui a fait appel, par conséquent il devrait également passer devant les juges au nom du principe de l’égalité de tous devant loi», indique un proche du défendeur.

Pour la défense, le poursuivant ne saurait se réfugier derrière sa casquette de ministre qui n’est d’ailleurs pas concernée dans ce différend pour perturber la vie d’un paisible citoyen tout en restant confortablement calé dans ses fauteuils. «Le désagrément est d’autant

plus grand que le jugement de cette plainte est transféré à Maroua», conclut ce proche. En effet, depuis le début de cette affaire, le ministre ne s’est pas physiquement présenté à une seule de ces audiences, il s’est toujours fait représenter par ses conseils. Ce qui est ressenti en face comme une sorte d’injustice à l’endroit de l’opérateur économique qui désormais doit se déplacer de ville à ville pour assister à ces audiences, subissant ainsi un préjudice énorme dans ses affaires.

L’affaire remonte à 2017, lorsque le ministre délégué auprès du ministre des relations extérieures en charge du monde islamique Adoum Gargoum, par ailleurs président de la commission départementale permanente du Rdpc pour le Logone et Chari a accusé son camarade de parti, conseiller municipal du Rdpc à la commune de Kousseri et membre du bureau de la section Rdpc de Kousseri, d’avoir proféré à son endroit des menaces et des insultes au cours d’une rencontre tenue à la mi-août à Kousseri. Critiqué publiquement au cours d’une réunion du parti sur une de ses méthodes de réconciliation adoptée qui selon le commerçant ne pouvait porter ses fruits, le ministre délégué n’est pas resté impassible face à ce qu’il a considéré comme une attaque frontale, remettant vertement à sa place le conseiller municipal.

5 MILLIONS DE FRANCS CFA

Ce à quoi ce dernier a rétorqué en affirmant avoir lui, réussi plusieurs médiations et notamment l’une d’entre elles concernant ledit ministre au terme de laquelle il s’en est néanmoins tiré avec la somme de 5 millions

de francs CFA, appartenant au parti. Ce que le ministre a considéré comme une diffamation, d’où la plainte qui aboutit aujourd’hui sur cette affaire, avec la décision conséquente rendue. Avant le rendu de cette décision, une première audience avait été prévue pour se tenir le 05 juillet 2018. Malheureusement, celle-ci n’a pu se tenir en raison de l’interdiction du préfet de Maroua.

Ce jour-là, en solidarité à leur confrère accusé dans cette affaire, les commerçants de la ville de Kousseri ont fermé boutique et se sont retrouvés massivement  devant les tribunaux de la même ville, pour assister à la première audience de l’affaire opposant le commerçant Bichara Rahis au ministre délégué Adoum Gargoum. Une mobilisation massive qui a de même nécessité l’intervention des forces de l’ordre de ladite ville pour contenir la foule et prévoir un quelconque mouvement de la part desdits commerçants. Seulement, las d’attendre, ils ont dû regagner le marché et rouverts boutiques.

L’audience ne s’étant pas tenue en raison de ce que, revenu de Maroua la veille, le préfet a annoncé qu’il n’y aurait plus d’audience. Cette affaire dont décision a été rendue le 04 avril dernier,  oppose ainsi 2 camarades du même parti (le Rdpc) dans le Logone et Chari, mais aussi 2 frères de la même localité. Plusieurs tentatives de conciliation ont été entreprises  à l’initiative des chefs traditionnels (4 au total) en présence des imams.

La communauté croyait cette entreprise réussie, jusqu’au rebondissement de l’affaire, avec cette première audience annulée, suivie de cette décision rendue et maintenant l’affaire portée en appel.

Source : L’Œil du Sahel

Pour suivre toute l’Actualité sur le Cameroun, Installez l’Application de CamerPress sur votre Téléphone en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici