Cameroun : Un milliard de FCFA pour lutter contre la malnutrition à l’Extrême-Nord

0
211

Ce financement vient d’être octroyé par le gouvernement de Donald Tump, via l’organisation non gouvernementale (ONG) Helen Keller International.

Source : L’Œil du Sahel

Selon le journal L’Œil du Sahel, parution d’hier 23 octobre, le 15 octobre dernier, un projet de lutte contre la malnutrition dans la région de l’Extrême-Nord a été lancé à Maroua. L’événement avait eu pour cadre la salle des réunions de la délégation régionale de la santé publique. Porté par l’organisation non gouvernementale (ONG) Helen Keller International, ce projet qui entre dans sa deuxième phase sera mis en œuvre dans quatre districts de santé. Notamment à Kaélé, Guidiguis, Moulvoudaye dans le département du Mayo-Kani et Kar-Hay dans le département du Mayo-Danay.

Financé à hauteur d’environ deux millions de dollars américains, soit plus d’un milliard de FCFA, cette deuxième phase du projet est rendue possible grâce aux résultats satisfaisants obtenus lors de la première phase dont les bénéficiaires étaient les districts de santé de Kaélé et de Guidiguis. Selon Ismael Teta, directeur pays de Helen Keller International, cette première expérience a permis de soigner 97% d’enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition.

Le bailleur de fond a mobilisé près de 120 millions de FCFA pour la prise en charge de ces enfants malnutris. «Je voudrais préciser que deux nouveaux – Moulvoudaye et Kar-Hay – bénéficient de ce projet grâce aux résultats qui ont été obtenus à Kaélé et à Guidiguis. Nous avons pu convaincre le bailleur de fonds en l’occurrence le gouvernement américain à étendre le projet en octroyant des financements pour deux autres districts », indique Ismael Teta, directeur pays de l’ONG Helen Keller.

Comme lors de la phase pilote, le projet ambitionne de prévenir ou de traiter la malnutrition aigüe sévère dans les districts de santé bénéficiaires. Pendant la durée de douze mois du projet, il sera question non seulement de lutter contre la malnutrition, mais aussi et surtout d’apprendre aux parents comment utiliser les produits locaux pour enrichir les aliments qui font partie de leurs rations alimentaires. Pour atteindre cet objectif, les responsables du projet préconisent l’approche communautaire.

«On remet la communauté au centre de la lutte contre la malnutrition». Concrètement, des bons alimentaires seront remis aux familles dans lesquelles des enfants malnutris auront été enregistrés. Ces paquets alimentaires sont constitués d’éléments nutritifs qui vont permettre de prévenir la malnutrition aigüe dans sa forme modérée et dans sa forme sévère.

Pour ce faire, des nutritionnistes ont été recrutés dans le cadre de l’exécution de ce projet. Ils travailleront en étroite collaboration avec les responsables des quatre districts de santé retenus. Les activités sont coordonnées par un point focal logé au sein de la délégation régionale de la santé publique pour l’Extrême-Nord.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici