Cameroun : Toni Conceiçao le mal aimé ? L’opinion n’en veut pas au sein des Lions

0
512

Les avis vont dans tous les sens depuis la désignation du nouvel entraîneur des Lions Indomptables du Cameroun, notamment avec les événements, qui ont suivi son arrivée à Yaoundé.

L’opinion publique avait concédé la nomination de Clarence Seedorf comme entraîneur national du Cameroun l’année dernière, au bénéfice de sa peau basanée. Cette fois et surtout avec l’annonce des candidatures camerounaises à la succession du Néerlandais, qui comptent aussi bien de par leur carrière que leur expérience (Rigobert Song Bahanack, Patrick Mboma, Jean Paul Akono), il n’était plus question de recruter un « sorcier blanc ».

Surtout quand on se souvient très récemment qu’à la dernière coupe d’Afrique des nations de football en Egypte, les deux finalistes avaient pour entraîneurs des compatriotes, anciens joueurs. Djamel Belmadi pour l’Algérie, vainqueur de la CAN 2019 et Aliou Cissé, finaliste avec le Sénégal.

Que ce soit dans les émissions de radio comme celle interactive de Magic Fm hier matin, sujet évoqué sur les plateaux de télé – même dans les émissions humoristiques – le sujet fâche les Camerounais. Ils ne veulent plus entendre parler d’étranger sur le banc de touche des Lions indomptables, soutenant les propos de Jean Paul Akono selon lesquels « on a manqué de respect aux entraîneurs camerounais ». D’autres ont monté et diffusé des affiches sur les réseaux sociaux pour appeler au « Stades morts » lors des rencontres de l’équipe nationale du Cameroun tant qu’il y aura un étranger comme entraîneur.

En filigrane, ce n’est pas la personne du Portugais Antonio Conceiçao Da Silva Oliveira, qui est directement mise en cause, mais, le fait qu’il soit un étranger. Les premiers arguments selon lesquels il ne dispose d’aucune expérience sont même déjà l’argués.

Patrick Mboma écarté

La colère semble plus vive depuis que certaines sources tentent d’expliquer comment le Ballon d’or Africain Patrick Mboma et l’Uruguayen Gustavo Augusto Poyet Dominguez ont été écartés de la course au banc de touches des lions indomptables. Les deux étaient bien partis pour constituer un duo gagnant à la tête des Lions indomptables.

Les raisons relayées par le Messager laissent entendre que, en ce qui concerne Patrick Mboma, « al a une liberté de ton. Son caractère est bien trempé. Et il refuse la logique des salamalecs et du béni oui-oui à l’endroit de ses employeurs », aurait confié au journal Le Messager un cadre au ministère de sports. L’on se souvient qu’en 2003, à la veille de la coupe des Confédérations disputée en France, Patrick Mboma avait décidé de boycotter l’équipe nationale sous l’entraîneur allemand Wilfried Schâfer. je n’ai pas voulu participer à la Coupe des confédérations, parce que je n’avais pas digéré la Coupe du monde 2002. « Je n’avais pas envie d’y aller pour faire de la figuration, je ne triche pas », avait alors confié le ballon d’or africain 2000 à Jeune Afrique.

Le cas Poyet est coincé au sujet du nerf de la guerre. Les exigences salariales de ce dernier sont largement au-dessus de l’enveloppe prévue pour par les recruteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici