Cameroun : Saint Eloi Bidoung donne un coup de griffe pour un remaniement ministériel

0
199

DU PAIN, DES JEUX, DU VIN ET DU SANG pour le peuple

Par Saint Eloi Bidoung

Monsieur le Président, vous l’avez si bien dit à François Hollande alors Président de la France, de la grande France : En le regardant droit dans les yeux, avec un sourire narquois, railleur, moqueur, un air de frondeur, malicieux plein de froideur, tout ceci sur un ton ironique « ne dure pas au pouvoir qui veut mais qui peut » ; ce soir-là, je suis sûr que ce dernier s’est couché plus intelligent que bête qu’il ne s’était levé ce matin-là ! Qui l’eût cru que la grande leçon de sciences politiques viendrait de celui qu’on disait avoir l’air con mais qui en fait a montré qu’il était moins con qu’il n’en avait l’air! Votre sens de la réplique, de la répartie au coup par coup vous a honoré aux yeux de votre peuple.

Parlant de peuple, Ancien de sciences Po à Paris, 88 ans, 37 ans de règne au sommet de l’Etat, 60 ans au service de la haute administration, vous êtes pétri d’expérience, je suis convaincu que vous y êtes encore parce que vous avez compris de quoi le peuple se nourrit : – du pain, des jeux, du vin, du sang.

-DU PAIN

Merci Monsieur le Président de nous avoir donné du pain au moment où la vie devenait insoutenable, au moment où vos amis nous offraient en lieu et place du pain béni, du pain noir, du fer à broyer, on nous a même servi la queue du diable à tirer. Les augmentations de salaires c’est vous, la retraite à 60 ans c’est encore vous, la revalorisation de la pension retraite, c’est aussi vous, le paiement des arriérés des salaires des maires décidés hier, c’est toujours vous. Les diplômés de l’enseignement supérieur, les 1 500, les 25 000, les 14 000 instituteurs, 20 000 policiers, militaires et Gendarmes, les 4500 enseignants dans nos universités c’est encore et toujours vous… Qui dit merci en redemande.

-DES JEUX

Le peuple a besoin d’un minimum de distraction pour ne pas s’occuper d’un certain nombre de questions qui le préoccupent. Merci pour l’organisation du CHAN, merci pour l’organisation à venir de la CAN, merci pour la destruction du mur d’indifférence que vous avez dressé sur les maux qui minent le football camerounais qui vous a pourtant donné gloire, popularité… Merci pour la prolifération des églises de réveil, d’éveil et de sommeil. Merci pour les pompes à fric, le rapatriement, le blanchiment et le recyclage de l’argent sale (PMUC, PARI-FOOT, LOTO, CASINO), merci pour tous les temples de NJAMBO que la police rackette tous les jours. Merci pour les pratiques homosexuelles à ciel ouvert. Merci pour la libre pratique du plus vieux métier du monde. Des jeux on en veut encore, un peu plus et davantage. Chacun y trouve son compte.

-DU VIN

Il y en a pour tous les goûts, à tous les prix et pour toutes les bourses, du kitoko en passant par l’ondonthol, des whiskys frelatés aux vins « tords boyaux » de FOKOU, unique détenteur du permis de tuer. Du tramol à la cocaïne en passant par le « banga », des bières de 2° à 16,8 de 700 F CFA, 800 F CFA, 900 F CFA, 1 000 F CFA, on va toujours boire. Quel avenir pour nos enfants ? Merci pour la démocratie alcoolique avec nos 30 000 débits de boisson. Premier pays consommateur de champagne au monde, premier pays consommateur de bière en Afrique, 54 marques de bière, 102 marques de vin, 23 marques de whisky. Du vin, le peuple en a besoin pour s’enivrer, comme dirait Lady Ponce, pour noyer ses soucis. Au Cameroun, ce n’est pas ça qui manque. Du vin, encore, beaucoup et toujours, et votre pouvoir se portera mieux.

-DU SANG

Le peuple se nourrit du sang et des larmes de ceux qui l’oppriment, pas par le sang de ses enfants qui coule à flot sur nos routes. Le peuple, Monsieur le Président, vous réclame à cor et à cri. Le sang de ceux qui se sont rendus coupables haute trahison, de corruption, de détournement, de mensonges. Entre la gestion de la construction des stades, la gestion calamiteuse et honteuse du « Covid-19 » sous le contrôle de la mafia Italienne qui s’est assurée des collusions administratives dans la gestion des stocks et la passation des marchés liés au « Covid-19 », et à la construction des stades. Ceux qui n’ont pas voulu coopérer au MINSANTE ont perdu sur la base de faux rapports adressés au Chef de l’Etat, les postes : Le Directeur Général du CENAME, l’ancien sous-directeur du patrimoine au MINSANTE. Une enquête est ouverte sur la gestion de la somme de 1 600 000 000 F CFA, sur le dessaisissement du CENAME, de la gestion des fonds et des produits du Covid-19. Les responsables de la déconfiture des Lions courent.

Du sang, le peuple en veut, seul un remaniement pourrait le consoler.

Un peuple soumis, c’est bien pour vous mais un peuple résigné, c’est dangereux car le passage de la maison, des casernes à la rue peut se faire sans transition.

Remaniement cette semaine, ça passe comme une lettre, à la poste.

Quand on secoue un arbre, le seul risque qu’on prend, c’est de faire tomber des feuilles mortes ; des feuilles mortes dans le gouvernement, il y en a, elles tomberont.

A bons entendeurs, salut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici