Cameroun – Route Maroua-Bogo-Pouss : La Mafia du Mintp décapitée à la présidence de La République

0
777

Sur instruction du ministre d’Etat SG-PR, Ferdinand Ngoh Ngoh, au terme d’une séance d’arbitrage tenue à la présidence de la République, Emmanuel Nganou Djoumessi a enfin transmis à la Banque africaine développement, le 18 novembre dernier, la proposition d’attribution dudit marché routier à Gitto Costruzioni Generali, entreprise retenue par les commissions spécialisées du ministère des Travaux publics et du ministère des Marchés publics.

Par le journal Essingan

Le ministre des Travaux publics (Mintp), qui était décidé à attribuer frauduleusement le marché routier à l’entreprise Soroubat, a dû se résoudre, sous la pression de la présidence de la République, le 18 novembre, à transmettre à la Banque africaine de développement (BAD), principal bailleur de fonds, la proposition d’attribution conforme en faveur de l’entreprise nigériane Gitto Costruzioni Generali pour un montant de 37,67 milliards de FCFA). Le délai d’exécution énoncé étant de 24 mois. Ceci conformément aux recommandations de la Commission de passation des marchés des projets à financement conjoint, du ministère des Travaux publics (Mintp), et de la Commission centrale de contrôle des marchés des travaux routiers, logée elle, au ministère des Marchés publics (Minmap).

Ainsi, le Mintp a transmis une demande de non-objection au principal bailleur du projet, sur instruction du ministre d’Etat SG-PR, Ferdinand Ngoh Ngoh, Emmanuel Nganou Djoumessi.

Ce sauvetage de la présidence de la République, renseignent nos sources, constitue en même temps le dénouement de ce dossier suite aux conclusions de la séance d’arbitrage qui a eu lieu à la présidence de la République. A l’initiative du président Paul Biya, le Mintp et le Minmap, Ibrahim Talba Malla, ont été convoqués par le ministre d’Etat SG-PR afin de faire connaître et comprendre les raisons pour lesquelles les recommandations de la BAD ne sont pas suivies d’exécution ni prises en compte par la partie camerounaise dans le cadre du pilotage de la procédure d’appel d’offre en vue de l’attribution dudit marché routier.

La non-transmission à la BAD du dossier du projet pour sa non-objection avant le 15 novembre 2021, date de son ultimatum émis un mois plus tôt à l’adresse du Cameroun, révélatrice de l’incurie du maître d’ouvrage, a suscité l’entrée en scène de la présidence de la République, déterminée a sauver le financement acquis au profit du Cameroun. C’est donc finalement le 18 novembre, avec 3 jours de retard sur l’ultimatum, après avoir consommé 18 mois de procédure, que le Mintp a procédé à la transmission du dossier, sous la férule de Ferdinand Ngoh Ngoh.

Au cours de la séance d’arbitrage, le Mintp a subi un honteux revers dans ses prétentions illégales en faveur de l’entreprise tunisienne Soroubat, face au ministre délégué à la présidence de la République en charge des Marchés publics (Minmap). Talba Malla, sorti vainqueur de ce duel contre son collègue du gouvernement, autour du respect des normes, a expliqué qu’il applique juste les dispositions réglementaires régies par le code des marchés. Et que subséquemment, après les analyses des commissions spécialisées conjointes du Mintp et du Minmap, c’est l’entreprise la moins disante, Gitto Costruzioni Generali Ltd, qui a été retenue et non Soroubat.

A en croire des indiscrétions puisées auprès des sources proches du dossier, le ministre Talba Malla, a fait savoir qu’il ne saurait faire la même erreur que son prédécesseur dans ce département ministériel, Abba Sadou, qui avait été cloué, à son époque, par le projet de la pénétrante Est de Douala en tant que maître d’ouvrage. Ici le Minmap, en sa qualité d’autorité chargée des marchés publics, ayant la responsabilité de veiller à la bonne passation des marchés, s’assure que les dispositions du code des marchés publics du Cameroun soient bel et bien mises en application.

En gros, le rappel à l’ordre du SGPR à l’adresse du Mintp, dépouillé de toutes ambiguïtés, grâce aux éléments techniques fournis par le Minmap a permis au Cameroun d’éviter une surfacturation de 10 milliards Fcfa sur ce projet dont le Mintp s’obstinait à attribuer le marché à la société tunisienne Soroubat. La balle est donc désormais dans le camp de la BAD, où des mauvaises langues attribuent à Emmanuel Nganou Djoumessi de solides tentacules.

Autre actualité sur le Cameroun

Cameroun – Urgent : Les Lionnes indomptables du Volley-ball sont très en colère

Cameroun : Notre confrère Martin Camus Mimb de RSI à nouveau au-devant de la scène

Cameroun : « Ils » donnent 8 mois au régime Biya pour une intervention militaire

Cameroun – Sextape : La vidéo complète de Gaëlle Enganamouit qui fait scandale et ses contours

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici