Cameroun – Résilience : Le Minac Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt face aux artistes

0
302

Vous me permettrez également de m’acquitter d’un devoir d’hospitalité, à laquelle notre culture n’a jamais dérogé, en vous souhaitant une chaleureuse bienvenue en ce haut lieu de notre mémoire qu’est le Musée National, au nom évocateur et à la charge symbolique suffisamment révélatrice de l’histoire de l’Etat du Cameroun.

Par la même occasion, vous me permettrez d’adresser à toute la grande famille artistique et culturelle ici représentée par les pôles artistiques et culturelle nos remerciements, prémices des fédérations auxquelles doit donner lieu la Structuration en cours dans le sous-secteur Arts et Culture.

Mesdames, Messieurs,

Les journées de Résilience Artistique et Culturelle que nous célébrons dès ce jour, et ce jusqu’au 28 Novembre prochain, trouvent leur justification dans le contexte socio-politique général du pays. Dans un premier temps, l’évènement qui s’ouvre aujourd’hui se tient dans un contexte sanitaire précaire dominé depuis un an par la pandémie de la covid-19 dont les effets pernicieux avec leur cohorte de victimes, ont ébranlé la stabilité de l’humanité et dont les conséquences n’ont épargné aucun domaine de la vie nationale. Le sous-secteur Arts et Culture a été affecté à un double titre.

Comme vous le savez, la Covid-19 a cruellement soustrait au Cameroun un nombre important de ses valeureux talents, et sevré la communauté des mélomanes de certaines de ses icônes, dont le professionnalisme, l’œuvre prolifique et éloquente ainsi que le dévouement ont révélé au monde entier la diversité, la vitalité et le rayonnement de la culture camerounaise.

Par ailleurs, le sous-secteur des Arts et de la Culture, domaine de prédilection des activités de masse est sévèrement impacté par les répercussions néfastes de la pandémie COVID-19 avec la fermeture des salles et lieux de spectacles, j’en passe …

Alors que certaines personnes prédisaient un effondrement total du sous-secteur Arts et Culture, les pouvoirs publics par leurs mesures incitatives et les artistes eux-mêmes par leur capacité de créativité et d’adaptation n’ont cessé de travailler avec opiniâtreté à assurer la permanence de la culture camerounaise et l’affirmation de l’identité culturelle nationale.

Nous avons ainsi assisté à un enrichissement du vocabulaire évènementiel avec l’avènement des notions de festivals virtuels, de concerts virtuels, d’expositions en ligne, de tourisme numérique, de Musée Virtuel… De même, le domaine de la Mode et de l’Habillement a opéré une mutation profonde qui l’a orienté vers de nouvelles filières telles que la confection des masques faciaux. Cette résilience du sous-secteur Arts et Culture mérite d’être reconnue et encouragée.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat Son Excellence Paul BIYA, qui impulse sans relâche la dynamique efficiente de développement de la culture camerounaise, dans sa magnanimité légendaire, vient de prendre au cours des derniers mois, des actes d’une grande valeur politique qui consolident la résilience du sous-secteur Arts et Culture, mais davantage hissent la culture au rang de levier de l’économie nationale. Nous pouvons citer, sans être exhaustif, la promulgation de la loi sur les Associations Artistiques et Culturelles, la place qu’occupe la culture dans la Stratégie Nationale de Développement ou l’accord des distinctions honorifiques à plusieurs dizaines d’artistes.

Mesdames, Messieurs,

Le 20 juillet dernier, le Chef de l’Etat promulguait la loi 2020/011 appelée à régir les Associations Artistiques et Culturelles dans notre pays. La communauté culturelle nationale a, par le biais des motions formulées par toutes les disciplines artistiques, affiché un sentiment général de satisfaction, au légitime motif de nombreux espoirs qu’autorise la loi. Désormais, la navigation à vue cède sa place à une organisation disciplinaire, nationale et au demeurant managériale qui a vocation à la mise en place des fédérations nationales. Un acte fort de signification qui exige que, solennellement, soit exprimée au Chef de l’Etat, la déférente gratitude des artistes de tout bord.

Dans la même lancée, afin de soutenir la famille artistique nationale dans sa lutte pour la résilience de la culture camerounaise, le Chef de l’Etat vient de décider, dans sa constance prévenance envers les artistes camerounais, d’accorder les décorations à 65 artistes de disciplines variées, en reconnaissance de leur apport au rayonnement culturel camerounais, et qui plus est dans un contexte sanitaire particulier et dans lequel chaque initiative novatrice, qui s’inscrit dans le registre de la résilience, mérite les encouragements de la nation tout entière. Plus qu’avant, l’acteur culturel camerounais acquiert sa place d’avant-garde dans le relèvement des défis qui interpellent la communauté nationale. En revanche, la nation honore ses fils qui, par la diversité de leurs talents, participent à la fierté nationale et au rayonnement du pays dans le concert des nations.

Cette place privilégiée de la culture trouve sa consécration dans la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030, et son ancrage dans l’engagement solennellement pris par le Chef de l’Etat le 06 Novembre 2018, de « valoriser le patrimoine culturel » du Cameroun. En effet, par cet acte révolutionnaire, la culture, longtemps confinée à un volet social, accède au prestigieux rang de pilier de transformation Structurelle de l’Economie par sa migration dans le secteur des industries et des services.

Dorénavant, la culture participe à la production de la richesse nationale par la promotion du tourisme culturel qui à terme doit déboucher sur un afflux annuel de 3500000 touristes internationaux. Incontestablement, la culture apportera sa contribution à la promotion de l’Emploi.

Mesdames, Messieurs,

Comme vous pouvez le constater, la culture est au centre des préoccupations du Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA. Les marques de sa haute prévenance à la culture dans sa globalité sont variées et constituent des motifs suffisamment éloquents pour que les acteurs culturels et autorité de tutelle qu’est le Ministère des Arts et de la Culture rendent au Chef de l’Etat la politesse de leurs remerciements émus pour la mue de la culture camerounaise et les espoirs qu’elle charrie.

La célébration de ces journées prend alors tout son sens, en temps qu’elle exalte la Très Haute Attention du Chef de l’Etat au sous-secteur de la Culture que l’imagination féconde et le courage des acteurs ont pu maintenir en alerte au mépris des vicissitudes liées à la covid-19. Des atouts qu’il faut capitaliser pour le rayonnement sans cesse croissant de ce qui fait notre identité en tant qu’ ’’Afrique en miniature’’

Vive la Culture camerounaise…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici