Cameroun : Qu’est-ce qui arrive à l’honorable Cabral Libii ?

1
612

Ses posts récents sur les réseaux sociaux ont suscité de nombreuses critiques. Cet élu du peuple est fortement contrarié dans ses prises de positions.

Les réseaux sociaux sont un couteau à double tranchant. Certes ils permettent de toucher au même moment une gamme large de personnes dans le monde entier, mais aussi ils peuvent charrier de nombreux désagréments et autres déconvenues. L’apprentissage de la vie parlementaire n’est pas facile pour le leader du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn). Il a fallu que MAURICE KAMTO ci devant président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) tweete via son compte le 23 mai 2020 que :« Nous n ‘accepterons pas la succession de gré à gré dans notre pays, ni de nouvelles élections populaires sans une réforme consensuelle du système électoral. Seul le peuple camerounais devra choisir ses dirigeants légitimes, dans la liberté et la transparence démocratique ». C’est alors que l’honorable CABRAL LIBII a répondu le lendemain en affirmant que : « La clé de l’alternance politique, c’est l’implication réelle des citoyens, c’est la participation active de ceux qui la souhaitent. Chacun avec ses idées ou sous sa chapelle. Tout le reste est séduisant, mais secondaire. Inverser l’ordre, c’est créditer la résignation ».

Ces propos ont été fortement critiqués toujours via les réseaux sociaux. Rappelons que ces deux leaders de partis politiques sont très actifs sur la toile et y ont de nombreux partisans. La position de Cabrai Libii a fait jazzer d’autant plus que pour lui, la réforme du code électoral n’est pas une priorité. Ce que même Elecam, l’organe chargé de l’organisation des élections, a plusieurs fois recommandé, y compris au sortir de la présidentielle de 2018.

Le code électoral est comme les règles du jeu démocratique. Si celles-ci ne sont pas transparentes et fixées de façons consensuelles, elles n’attireront pas d’électeurs, encore moins de compétiteurs. C’est ce qui justifie depuis belle lurette, la désaffection constatée des électeurs à s’inscrire sur les listes électorales, car ceux-ci considèrent que leurs choix ne sont pas pris en compte.

La fraude électorale est endémique et criante chez nous. C’est pourquoi après chaque compétition électorale, les contestations sont si nombreuses, tout en ternissant davantage ces scrutins. Cabrai Libii fait donc fausse route, ou alors inverse les priorités nationales. C’est dans ce sillage que l’artiste camerounaise CHARLOTTE DIPANDA a donné son avis sur la vie politique camerounaise.

« Moi je pense qu ‘il est temps qu ‘on nous propose autre chose, il est temps que le Cameroun se développe parce que quand il n’y a pas alternance, il n ‘y a pas vraiment de développement possible. L’Etat actuel est arrivé à bout de ce qu’il pouvait proposer et que humblement, il gagnerait à céder la place à une nouvelle gouvernance sans rancune

Ces propos ont ragoûté les partisans du changement au Cameroun, tandis qu’ils ont suscité le courroux des militants du parti au pouvoir. Ce qui est tout à fait normal, dans un contexte démocratique et de liberté d’expression. L’honorable NOURANE FOSTER du Pcrn s’est prononcée pour sa part sur la dotation de 4 milliards de Fcfa allouée aux députés pour leurs commodités.

Elle dit ceci : « Au moment où notre pays traverse la barre des 5000 cas de Covid-19 et environs 171 décès, permettez-moi de vous annoncer l’intensification en ce qui me concerne de l’initiative  » Solidarité-Covid-19_237  » sur l’étendue du territoire national. Notre objectif est clair et le budget est détaillé. Qu’il nie soit permis de vous annoncer également que la dotation véhicule que je recevrai sera réorientée dans cette initiative afin d’apporter plus de réconfort aux populations victimes de cette pandémie impitoyable.

Source : Act Cameroun

1 COMMENTAIRE

  1. Il est parfois important de bien cerner la pensée de quelqu’un avant de porter les critiques. La position du PCRN à travers la sortie du Président Hon. Cabral Libi’i reste précisant que ce n’est pas la réforme du système électoral qui pose problème au Cameroun mais plutôt l’implication réelle des citoyens au processus électoral. Qu’est-ce qui est difficile à comprendre? Reformez le système électoral au Cameroun mais tant qu’on aura pas un maximum d’inscriptions sur les listes électorales, on n’aura rien changé. Et votre Kamto l’a si bien compris que à sa dernière sortie, il a repris l’honorable Cabral Libi’i en demandant aux Camerounais en âge de voter d’aller s’inscrire massivement sur les listes électorales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici