Cameroun : Quand Médecins Sans Frontières pactise avec les terroristes du Noso

0
1299

L’Organisation non gouvernementale Médecins sans frontière (Msf) pris la main dans le sac dans ses activités dans les régions en crise du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Les populations riveraines de l’hôpital St Mary de Bamenda s’indignent.

Par La Nouvelle

L’impartialité est le fondement de la mission de l’Ong dénommée Médecins sans frontières. Elle distribue ses secours sans discrimination en portant la priorité vers les personnes les plus immédiatement en danger. Ainsi se décline la mission de cette Ong qui reste par ailleurs astreint au principe de neutralité au cours son déploiement sur le terrain.

C’est d’ailleurs la quintessence des échanges le 31 août dernier entre le chef de mission de cette corporation de médecin au Cameroun, Modeste Tanakloe Koku et les ministres des Relations extérieures Lejeune Mbella Mbella et de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji.

Pour certains commentateurs prolixes, il était temps que le gouvernement camerounais recadre Médecins sans frontières fortement soupçonné d’être un allié des sécessionnistes terroristes dans les régions du Nord-Ouest et du SudOuest. En effet, dans un monde de plus en plus en proie à des violences, les organisations humanitaires qu’elles soient du système des Nations Unies ou des Ong, jouent un rôle essentiel pour la sauvegarde de la vie et de la diminution des souffrances des victimes de guerre et de violence. C’est à cette aune que l’indépendance, la neutralité et l’impartialité constituent les principes cardinaux de leur action.

Pour nos commentateurs, c’est fort de ce rôle salvateur que les   humanitaires qui se déploient dans les zones de crise bénéficient d’une protection à l’international. Dans les régions en crise du Nord-Ouest et du Sud-Ouest seules les forces de défense et de sécurité camerounaises semblent se soucier de ladite protection. Et ce, contrairement aux milices séparatistes qui violent, décapitent, massacrent, terrorisent les populations au point où, même la très controversée Ilaria Allegrozi de Human Rights Watch, réputée pour son soutien aux terroristes sécessionnistes du Noso, s’est offusquée le 9 août dernier, sur son compte twitter, de ce que les séparatistes prennent des humanitaires pour cible et commettent des abus contre les civils.

Pour nos mêmes commentateurs, dans un tel contexte comment comprendre alors que Médecins sans frontières peut-il justifier son assistance et son appui aux séparatistes terroristes dans le Noso au point d’enfreindre aux principes de neutralité d’indépendance et d’impartialité de leur charte ? Selon des sources introduites, Médecins sans frontières de Bamenda, logée à l’hôpital St. Mary est étiquetée comme étant une base arrière d’assistance médicale pour les terroristes blessés lors des combats avec les forces de défense et de sécurité camerounaise dont la mission régalienne est de protéger les populations des exactions des sécessionnistes terroristes. Ce qui est aux yeux de plusieurs analystes inacceptable. Pour eux, aucun pays au monde ne peut l’accepter et on comprend alors les galères de Médecins sans frontières dans certains pays où ses équipes ont tout simplement été chassées comme propres.

Selon nos mêmes sources Médecins sans frontières serait même allé plus loin en refusant carrément l’accès aux forces de défense pour des contrôles de routine, afin de les empêcher de découvrir les sanguinaires qui y sont internés et soignés gratuitement. Des sanguinaires à l’instar des « Cobra », « Mad dog » (Fonteh Lucas Nde Fru) qui ont égorgé comme une bête le jeune « Treasure », tout en filmant la scène pour la publier par la suite sur les réseaux sociaux. Au même moment, les auteurs de ces atrocités sont aux petits soins et jouissent d’un repos paisible à St Mary, sous les bons hospices de Médecins sans frontières.

Nos sources indiquent par ailleurs que, parmi les redoutables terroristes séparatistes qui ont été accueillis à bras ouverts pour médecins sans frontières ou retrouve un certain « Sakorzy », et « Mafia », deux terroristes extrêmement violents, auteurs de nombreux kidnappings, assassinats, viols contre des civils des policiers et même des humanitaires (les vrais). Tout ceci sous le regard impuissant des riverains qui ont peur pour leur vie. Une complicité honteuse et macabre qui se passe à St. Mary entre les terroristes séparatistes et Médecins sans frontières transformé pour les besoins de la cause en une organisation terroriste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici