Cameroun : Paul Biya porte 5 femmes universitaires au firmament

0
84

Le Président de la République du Cameroun Paul Biya vient d’élever 5 femmes professeures dont 4 à de hautes fonctions dans les universités d’Etat et une dans une grande entreprise d’Etat.

C’était au cours d’une réunion technique présidée dans la salle des actes du rectorat par le professeur Maurice Aurélien Sosso. Mme Annie wakata est maître de conférences en physiques à Yaoundé I. Outre son idylle d’alcôve avec le fringant ministre François Bolvine Wakata, maître de conférences en sciences de la communication à l’Esstic (Yaoundé 2), fleuron de la région de l’Est, elle a surtout été Vice – Major national au Bacc C et Major du centre avec 16/20 à ce bel examen qui trie les plus brillants et les meilleurs comme elle justement.

Il est de tradition que le major national en série C soit de l’Ouest. Le lycée classique de Bafoussam offre presque chaque année, 40 mentions bien et très bien au Bacc C. Le lycée bilingue de Dschang et d’autres moules pour surdoués tutoient les collèges Vogt, Jean Tabi, La Salle, Retraite, Mazenod, Terenstra, Saint-Benoît, les lycées Leclerc, Joss, Bilingue à Yaoundé.

48 ans (née le 5 mai 1972), docteure Ph.D en sciences physiques comme la Chancelière allemande Angela Merkel (lauréate en 1986 en Bavière, 15 ans en fonctions avec 4 mandats), cette quadra, bon teint, était sous – directeure au Minesup. Elle se trouve être la meilleure de sa génération. Elle sera professeure titulaire dans deux ans, m’a-t-elle confié, sous distanciation sociale il y a peu, coronavirus oblige.

Fine fleur des clans Bafia par le père et Beti par la mère, tous du Centre, chrétienne patentée, elle est un modèle de rigueur managériale et de probité esthétique et éthique. Cette physicienne. En lui mettant le pied à l’étrier, le chef de l’Etat et le Minesup font confiance au talent féminin et au management réussi de la femme camerounaise auréolée ces jours avec une autre femme de sciences, Mme Justine Diffo Tchunkam, maître de conférences en droit privé à l’Université de Yaoundé II, nommée la semaine dernière au poste de PCA de l’Agence de Régulation des Télécommunications à Yaoundé. Le gendarme de l’Etat dans le secteur névralgique des télécommunications.

Trois autres universitaires femmes ont reçu l’onction du chef de l’Etat dans la foulée de ces textes :

1- Christine Rosalie Bandolo (61 ans), épouse du professeur émérite de linguistique Louis Martin Onguene Essono, professeure de lettres, promue Secrétaire Général à Yaoundé I.

2- Patricia Bissa Enama épouse Manga Foe (54 ans), professeure de Lettres, nommée Secrétaire Général à Yaoundé 2.

3- Nadine Machikou épouse Nzeussop (41 ans), professeure agrégée de sciences politiques, la première en Afrique dans cette discipline scientifique éclectique a été élevée aux fonctions de Conseiller Technique à l’Université de Yaoundé II.

Ces «femmes savantes » sont appelées à confirmer les espoirs placées en elles par le chef de l’Etat qui a toujours mis un accent sur la mère de l’humanité, son apport décisif dans la conduite du Cameroun vers la réussite du numérique universitaire et l’appropriation de l’économie du savoir qui passe par une dématérialisation du travail technique et administratif pour plus d’efficacité et de célérité.

Par Jean-Paul Mbia, Cellcom Minesup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici