Cameroun – Patrice Melom : ‘’KPMO est actuellement notre sous-traitant ’’ au port de Kribi dans le Sud Cameroun

0
88

Dans une interview dans le magazine du ministère des Transports du Cameroun paru ce mois, le directeur général du Port Autonome de Kribi (PAK) parle des relations entre le concessionnaire du Terminal polyvalent et la structure qu’il dirige.

Vous avez récemment dévoilé le nouveau concessionnaire provisoire du terminal polyvalent qui était géré en sous-traitance par KPMO. Mais ce groupement d’hommes d’affaires camerounais revendique la gestion d’une entité du PAK au regard des résultats produits. Quelles sont actuellement vos rapports avec KPMO?

KPMO est actuellement notre sous-traitant sur le terminal polyvalent. Et ce regroupement d’opérateurs camerounais est conscient de la transparence qu’il y a dans la sélection d’un concessionnaire. D’ailleurs, ils ont soumissionné et n’ont pu satisfaire aux critères de sélection connus de tous. KPMO n’est pas la seule structure à n’avoir pas été retenue. Il ne nous appartient pas de changer les règles du jeu en pleine procédure. Nous devons nous donner les moyens pour atteindre les ambitions que le Cameroun tout entier attend du port de Kribi.

Actuellement le PAK ne dispose que de deux quais et la mise en régie de façon transitoire du quai polyvalent répondait aux contingences de l’heure, à savoir utiliser et entretenir les quais, générer un chiffre d’affaires permettant de couvrir les charges sur le terminal polyvalent. Parallèlement, il a fallu travailler à la sélection d’un concessionnaire pour une véritable exploitation de ce terminal. Je souligne ici que le Dossier d’appel d’offre (DAO) prévoyait que l’adjudicataire réserve 25% de parts aux Camerounais, personnes morales ou physiques. Nous sommes même allés au-delà, indiquant dans le DAO qu’il faut accorder une priorité aux portuaires…

Aujourd’hui, en attendant que le contrat soit signé avec le futur concessionnaire du terminal polyvalent, la régie se poursuit normalement avec KMPO. Elle est également basée sur un contrat dont les termes sont clairs. Quand nous aurons signé avec l’adjudicataire, il y a des dispositions prévues pour céder l’espace.

Quelles perspectives pour le PAK ?

Les perspectives sont très bonnes. Nous travaillons déjà sur l’extension du port parce que les prévisions montrent que l’installation actuelle devrait être saturée dans trois à quatre ans. Nous travaillons donc déjà à augmenter la capacité de manutention, en parallèle avec la mise en place de la zone industrielle. Notre grand projet est d’en faire une zone économique. J’ai bon espoir que l’Etat nous suive dans cette initiative. Kribi a tous les atouts pour devenir la zone économique pilote au Cameroun. Je suis convaincu que dans un an ou deux, on aura un certain nombre d’usines installées, avec les emplois qui vont avec, et toute l’activité qui va se développer autour. En termes d’exploitation nous sommes convaincus qu’un nombre plus important d’armateurs vont escaler à Kribi.

Quelles peuvent être, concrètement, les retombées du port de Kribi dans l’économie du pays?

Avant tout, je voudrais préciser qu’il est prévu que le port de Kribi se construise par phases. Nous ne sommes qu’à la première phase mais déjà, en termes de retombées économiques, on va commencer par l’emploi qui intéresse le plus les Camerounais. Les prévisions pour cette phase étaient de 2000 emplois directs et 2000 emplois indirects. Aujourd’hui, nous n’en sommes pas loin. Un simple décompte des effectifs du PAK, des concessionnaires, en plus des emplois créés de manière connexe dans les banques et autres compagnies d’assurance qui s’installent, on est déjà à plus de 1500 emplois. En termes d’exploitation, le port a commencé à générer des recettes. La douane a franchi la barre des deux milliards de FCFA par mois, ce qui est une retombée importante pour l’Etat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici