Cameroun / PAD : La menace ouverte de Vincent Bolloré

0
352

Au cours de la conférence de presse organisée le 3 septembre dernier à Douala ; le directeur Région Golfe de Guinée du groupe Bolloré, Mohamed Diop, n’a pas fait mystère sur la volonté de son groupe à tout faire pour gagner la bataille engagée contre le Port autonome de Douala (Pad), rapporte La Nouvelle.

Pour mieux appréhender les dessous de cette agitation du groupe Bolloré, tout est parti d’une décision ordonnant le sursis à exécution de la décision du Dg du Pad du 8 janvier 2019, portant publication des résultats de l’appel public international à manifestation d’intérêt pour la construction du terminal à conteneurs du port de Douala-Bonabéri. A la lecture de cette décision, le Pad a opposé à la requête de Vincent Bolloré, une objection que la décision attaquée intéresse l’ordre public économique, la sécurité, la tranquillité publique des opérations économiques dans l’activité portuaire, en raison même du pouvoir de police investi en la personne du Dg du Pad, par le décret portant organisation et fonctionnement de cette entreprise.

Seulement, passant outre les moyens développés par le Pad, le juge a semblé méconnaître dans sa décision, l’existence de la notion d’ordre public économique pourtant plaidée par le Pad. Au point où dans les milieux des juridictions de la ville de Douala, l’on se demande aujourd’hui

si le séjour de la juge concernée, Dorcas Mukwade Ngando, en France, il y a quelques mois, n’a pas eu pour conséquence d’influencer sa décision…

Il faut rappeler par ailleurs que le groupe Bolloré a saisi le Tribunal administratif à travers 3 procédures. La première : le 10 mai 2019. Dans cette requête aux fins de référé administratif, le groupe Bolloré sollicite que lui soit communiqué les copies de tous les documents produits par la commission ad hoc d’évaluation des offres de la concession du terminal à conteneurs du Pad. La 2ème procédure c’est celle qui tend à amener la présidente du tribunal à ordonner la suspension de désignation d’un nouveau concessionnaire. Introduite devant le Tribunal administratif de Douala par requête datant du 13 janvier 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici