Cameroun : Où sont passés les péages automatiques de Razel Bec-Egis?

0
212

Le groupement français Razel Bec-Egis continue d’attendre la matérialisation de son engagement avec le Cameroun, suite à sa sélection avec succès dans le cadre de l’appel d’offres lancé le 15 juin 2016 par le ministère des Travaux publics.

Par Essingan

C’est au mois de mars dernier que le groupement Razel Bec-Egis aurait dû signer son contrat avec l’État du Cameroun portant sur le projet de construction de 14 péages routiers automatisés au Cameroun. Mais à la dernière minute, la cérémonie officielle de signature de contrat a été annulée à cause des dissonances autour de certains points du contrat, selon des sources proches du dossier. La nature des mésententes entre les parties n’est pas révélée. L’on n’en sait pas plus sur le coût de la prestation ou la durée d’exploitation des péages. Qui et comment va s’opérer la collecte de l’argent au niveau des péages ? Mystère et boule de gomme.

Le groupement Razel Bec-Egis continue d’attendre la matérialisation de son engagement avec le Cameroun, suite à sa sélection avec succès dans le cadre de l’appel d’offres lancé le 15 juin 2016 par le ministère des Travaux publics. Selon le ministère des Travaux publics qui a lancé, le 15 juin 2016, la procédure de sélection d’un partenaire privé chargé de la réalisation dudit projet, les nouveaux postes de péage incluront une zone d’entonnement (zone d’approche) comprenant une chaussée en structure rigide de deux voies chacune (2 X 3,50 m de largeur), deux accotements de 2,00 m de largeur chacun.

La plateforme d’un poste de péage, quant à elle, comprendra : deux chaussées en structure rigide de deux voies chacune, trois îlots de 2,00 m de largeur chacun y compris l’ensemble du génie civil, les équipements et cabines péagers, deux trottoirs de 1,50 m de largeur chacun, l’assainissement de plateforme et des îlots, les équipements de signalisation et d’exploitation. Les bâtiments des postes de péage, pour leur part, sont constitués d’un rez-de-chaussée, un étage, un parking et une voirie d’accès sécurisé spécifique, d’un groupe électrogène et sa dalle, l’ensemble des réseaux et équipements, l’assainissement et les clôtures.

Les zones de stationnement, elles, disposent des espaces marchands en amont et aval des postes de péage. Les 14 postes de péages à construire et les itinéraires des routes sont les suivants: Nsimalen (Yaoundé-Mbalmayo), Mbankomo (Yaoundé-Mbankomo) ; Tiko (Douala-Mutenguene) ; Edea (Douala-Edea) ; Boumnyebel (Edea-Boumnyebel) ; Nkometou (Yaoundé-Obala) ; Bayangam (Bangangte-Bafoussam) ; Bafia (Obala-Bafia) ; Mbanga (Douala-Mbanga) ; Manjo (Mbanga-Manjo) ; Bandja (Bafang-Bafoussam) ; Matazen (Bafoussam-Bamenda) ; Foumbot (Bafoussam-Foumbot) et Dschang (Dschang-Bamougoum).

Il a été sollicité auprès du ministre des Domaines du cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf), la signature des additifs aux arrêtés de déclaration d’utilité publique pour les neuf sites maintenus aux postes existants. Les emprises ont été délimitées suivant la nouvelle conception du projet qui nécessite des aménagements sur une plateforme d’environ 300 mètres de long et 120 mètres de large, compte tenu des bâtiments, parkings et espaces marchands prévus. Les cinq autres postes de péage font l’objet de concertations locales pour une désignation consensuelle des nouveaux sites face aux contraintes géomorphologiques et agglomératives des habitations ou du petit commerce.

Installez l’Application de CamerPress pour suivre l’Actualité sur votre Téléphone en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici