Cameroun – Opération Epervier : Voici pourquoi Paul Biya n’a pas gracié Gervais Mendo Ze

0
251

« Je me suis préparé en réalité à la disparition du Pr. Mendo Ze. Mes intimes, mon épouse en particulier sait que je lui en parlais quasiment tous les jours. Comment tu penses que nous allons réagir, que devons-nous faire? Alors nous avons été « aidés » par la grâce que le président de la République lui a accordée. Tout le monde doit le savoir qu’elle était effective. J’ai été l’un des premiers informé, en m’interdisant de faire trop de publicité autour de ça, sachant qu’il était quasiment à la fin de ses jours (…) ». Dixit Charles Ndongo. Cette récente sortie de l’actuel Dg de la Crtv est venue relancer la polémique sur une prétendue grâce qu’aurait accordée le président Paul Biya au Pr. Gervais Mendo Ze. Aujourd’hui votre journal est à même d’affirmer qu’il n’en est rien. Et ce, au bénéfice même de l’ancien Dg de la Crtv. Voici pourquoi.

Assumant sa décadence au pénitencier de Kondengui et à la fin à l’Hôpital central de Yaoundé, des voix se sont élevées pour implorer le président de la République de lui accorder, pour les uns, la grâce présidentielle et pour les autres, l’amnistie. C’est dans cette confusion que mort, des voix murmurent à l’ingratitude du président de la République, qui n’a rien fait tendant à l’amnistie ou à la grâce du désormais défunt Mendo Ze, lui qui a pourtant chanté des louanges en son honneur et vénéré la Vierge Marie de tout temps. a tous, il faut rappeler que le droit est plein de mystères. Et les gens ne commentent que sur ce qu’ils voient sur le sensible.

Commentant donc sur le sensible, nous admettons que malgré les rumeurs de grâce, nous n’avons vu aucun document attestant que Mendo Ze aurait été gracié ou amnistié. S’il n’a pas été gracié, il faudrait alors que sa famille et ses amis manifestent leur gratitude au président de la République. Ceux qui réclamaient la grâce de Mendo Ze, réclamaient sans le savoir, son anéantissement. Il faut au départ comprendre qu’avoir un doctorat ou composer des cantiques ne confère aucune immunité. Le Code pénal, en son article 1er, dispose : « la loi pénale s’impose à tous ».

Ce Code, qui ne prévoit pas les immunités, elles sont éparpillées dans divers textes, sanctionne cependant, en son article 127, les magistrats ou les officiers de police judiciaire qui violent les lois sur les immunités en ces termes : « Est puni d’un emprisonnement de un (01) à cinq (05) ans, le magistrat ou l’officier de Police judiciaire qui poursuit, arrête, ou juge, en violation des lois sur les immunités.

» Ne vous a-t-on pas dit que la loi pénale s’applique à tous, même aux magistrats ! si donc Mendo Ze ne bénéficiait d’aucune immunité dans ses multiples fonctions, inutile de sangloter sur son sort s’il a été poursuivi et mis en détention provisoire pour être par la suite condamné (pas encore définitivement) par le Tribunal criminel spécial (Tcs).

Source : La Nouvelle  *Lire la suite en kiosques

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici