Cameroun – Minsanté : Paul Biya ordonne une enquête sur les Fonds Covid-19

0
875

Le ministre d’Etat Secrétaire général de la présidence de la République vient d’instruire le ministre des Finances Louis Paul Motaze de débloquer 32.500.000 FCFA au bénéfice du Contrôle supérieur de l’Etat, qui va mener l’Audit.

La correspondance du Sg/Pr Ferdinand Ngoh Ngoh en date du 15 décembre dernier et qui se retrouve sur les réseaux sociaux inspire déjà la polémique au sein de l’opinion : « J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir débloquer et mettre à la disposition du Ministre Délégué à la présidence de la République chargé du contrôle Supérieur de l’Etat une dotation de … » La polémique naît du fait que la formule « Sur Très Haute instruction du chef de l’Etat » a disparu, pour une correspondance destiné à un membre du gouvernement qui devrait avoir pour seul interlocuteur auprès du Chef de l’Etat – que le Sg/Pr représente – le Premier ministre, Chef du gouvernement.

En tout cas, cette dotation revêt de la plus grande importance car, elle servira à couvrir les frais de la Mission spéciale d’audit des fonds relatifs à la lutte contre le Covid-19 au Cameroun. La correspondance parle bien du Covid-19 et non de la Covid-19.

Au ministère de la Santé publique dont Manaouda Malachie est le Boss, l’on devrait commencer à trembler car, lorsqu’elle enquête baptisée ici Audit est annoncée, ce qu’il y a anguille sous roche. D’ailleurs, n’a-t-on pas dénoncé l’utilisation peu orthodoxe desdits fonds avec des marchés publics passés à tour de main pour la fourniture des kits et autres matériels de lutte contre la pandémie au Cameroun. 32 millions et demi de FCFA pour mener l’enquête, le Consupe n’aura pas besoin de payer le carburant car les deux ministères – Consupe et Minsanté – sont distants de quelque 200 mètres seulement. L’essentiel, ce sont les résultats de l’enquête. D’ailleurs, toutes les dernières enquêtes que le Chef de l’Etat commande produisent des résultats, à l’instar de l’enquête sur le déraillement d’Eséka du 21 octobre 2016.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici