Cameroun : ‘’ Maurice Kamto insulte l’intelligence des Anglophones’’

0
144

Telle est la grande Une du journal l’Equation de ce matin, qui revient sur les réactions au Grand dialogue national tenu à Yaoundé, capitale du Cameroun, du 30 septembre au 4 octobre dernier.

Source : L’Equation

Dans une interview à RFI la semaine dernière, le président du MRC accuse le cardinal Christian Tumi, John Fru Ndi, Simon Munzu, Agbor Balla Nkongho, Eric Chinje et bien d’autres personnalités représentatives de la communauté anglophone de faire de la ruse politique avec le gouvernement. Cris d’indignation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Beaucoup ont sans doute observé avec intérêt et davantage encore d’étonnement l’hystérisassions de la scène politique camerounaise depuis la semaine dernière par le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et son président national. La stratégie d’occupation de l’actualité politique par Maurice Kamto à travers des interviews accordées à Radio France Internationale (RFI) et le journal Le Jour, en jetant un discrédit sur le Grand dialogue national, est rien moins qu’une tentative de s’imposer dans l’agenda médiatique et dans l’imaginaire des Camerounais. Ce qu’il a sans conteste réussi, mais à quel prix ?

Accuser toutes ces personnalités qui comptent, ces personnalités représentatives de toutes les catégories sociales et toutes nos communautés et qui, pendant plusieurs jours ont pris une part très active aux discussions sur l’ensemble des thématiques importantes qui ont été retenues et qui ont approuvé les recommandations issues de ces travaux est sans doute une lubie de trop.

CHOIX HASARDEUX

D’où cette question : au moment où il faut sacraliser le Cameroun aujourd’hui à travers un devoir de solidarité entre Camerounais, est-ce raisonnable de prendre des positions qui ne vont pas dans l’intérêt du plus grand nombre ? Au Cameroun, l’égocentrisme et le Toutpoursoi sont devenus de véritables pathologies au sein du MRC. Cette attitude est un déni de la présence des autres, un refus de l’altérité. Dans cette logique, la décision du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun de ne pas participer au Grand dialogue national a été un choix hasardeux, au pire un manque de flair politique. Tout le monde s’accorde en effet à dire que le Cameroun vit un moment historique, et tous les signaux le prouvent. Briller par l’absence lors de la résolution d’un conflit comme celui des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest s’apparente à un aveu d’indifférence face aux victimes de cette sale guerre. Un cynisme qui non seulement efface le MRC et Maurice Kamto du récit mémoriel de la sortie de crise mais les discrédite à jamais de juger les recommandations qui ont été prises lors du Grand dialogue national.

C’est sans doute dans ce sens que Cabral Libii, le président du Parti pour la réconciliation nationale du Cameroun (PCRN), a publié une déclaration sur les réseaux sociaux vendredi dernier : « Ceux qui diabolisent et dénigrent le Grand dialogue national sont pitoyables. Le succès de cette rencontre ne réside pas forcément dans ce que Paul Biya fera des recommandations, mais davantage dans la qualité du travail effectué et des conclusions dégagées. Il s’agissait du Cameroun. Les recommandations certes perfectibles peuvent déjà faire l’objet d’une appropriation par tous », lit-on sur sa page Facebook. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici