Cameroun : L’hôpital de la Cnps à Yaoundé et la riposte face au Covid-19

0
177
??????????????????????????????????????????????????????????

Une mise en place d’une riposte à la pandémie COVID -19 au sein d’une formation hospitalière : le cas du Centre hospitalier d’Essos de la CNPS. Par le Pr Esther Njom Nlend

Il y a deux mois, c’était encore lointain et puis, de proche en proche, il a   fallu se mettre à l’évidence. Nous n’étions plus en phase 1 de l’épidémie. Nous étions concernés… Situé dans le district de santé de Djoungolo sur le versant sud, le Centre hospitalier d’Essos s’est engagé dans la lutte dès la mi-février 2020. Les débuts de la lutte timides, essentiellement axés sur la communication, se renforceront dès l’annonce du premier cas au Cameroun le 6 mars 2020. Sans céder à la panique, le dispositif de prévention se structure, pour sécuriser tant pour le personnel que les patients, en maintenant une offre de soins surs et acceptables.

Les différents éléments de la réponse ont comporté : outre la communication et la sensibilisation,

– La limitation de l’accès aux usagers, avec poste de Screening à l’entrée principale utilisant un thermoflash;

– La validation de l’urgence du cas et orientation ;

– Le rappel et l’affichage des mesures de prévention ;

– La restriction de l’accès des visiteurs ;

– La réduction des services mortuaires au strict minimum, pour réduire la densité interne des populations et conséquemment, le risque de transmission en lien avec les directives gouvernementales.

Pour soutenir les méthodes barrières utilisables dès l’accès dans l’enceinte du CHE, outre la commande d’intrants pour fabriquer la solution hydro-alcoolique et les distributeurs muraux, on notera la réactivation des points d’eau, l’achat de masques chirurgicaux et FFP2 pour le personnel soignant.  Parallèlement, en salle d’attente et sur les files de caisse, l’information et l’accompagnement des usagers se poursuit en même temps que leur éducation pour comprendre l’indispensable distance sociale à maintenir entre eux.

Après validation d’algorithmes simples, la gestion des cas suspects ou possibles a été assurée dans une salle d’isolement affectée, avec source d’oxygène mural, par un personnel dédié, formé à la détection et à la gestion des cas suspects (infection possible ou probable). Heureusement à ce jour, tous les cas ont été testés négatifs après prélèvement puis retour des résultats par les équipes du Minsanté permettant de libérer les suspects et gérer les nouveaux.

Ces derniers jours, la lutte contre la transmission vise aussi la sécurité du personnel. C’est ainsi qu’un planning alternatif des équipes médicales et de soins a été mis en place. Parallèlement pour les usagers, est débutée une prestation de soins à domicile au sortir de l’hôpital, visant à réduire la durée de séjour hospitalier et les contacts à risques. Dans cette foulée, sans anticiper du pire, un équipement préventif en respirateurs pour ventilation artificielle est programmé de même qu’un espace plus complet dédié aux patients qui seraient symptomatiques du COVID-19, même si, ce faisant, nous continuons à dire : « COVID 19, tu ne passeras pas par le CHE ».

*Directeur du Centre Hospitalier d’Essos pour le comité COVID

Pour suivre toute l’Actualité sur le Cameroun, Installez l’Application de CamerPress sur votre Téléphone en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici