Cameroun : Les transporteurs routiers arrachent des concessions au gouvernement

0
234

Les syndicats des transporteurs routiers du Cameroun ont rencontré le gouvernement hier au ministère des Transports pour accéder à un certain nombre des revendications, qui les ont poussés à émettre un préavis de grève qu’ils ont dressé au Premier ministre le 10 octobre dernier.

Les échanges d’hier ont porté principalement sur l’application systématique des tarifs de prestations d’émission des Lettres de voiture internationale (LVI), la répartition fantaisiste des quotas de fret, la perception de certains frais assimilables aux cotisations syndicales. Toutes les parties ont alors convenu de ce que, pour les marchandises à destination de Kousseri dans l’Etrême-Nord, la délivrance de la LVI est interdite ; les visas du Bureau de Gestion du Fret Terrestre (BGFT) doivent être gratuitement apposés au niveau des check-points ; une collaboration étroite avec les transporteurs de toutes les organisations syndicales en règle avec les administrations des transports et fiscales dans le cadre de l’accès et de la répartition du fret par le Bureau de Gestion du Fret Terrestre (BGFT).

Les deux parties ont aussi convenu d’organiser gratuitement le recyclage et la formation des chauffeurs et transporteurs par le Bgft en liaison avec le ministère des Transports. Il est aussi prévu de réactiver le cadre de concertation trimestriel des acteurs du secteur des transports et de convoquer régulièrement les instances de gestion du Bgft en vue d’adresser les préoccupations des transporteurs routiers, qui relèvent de la compétence desdites instances. Pour conclure, ils ont décidé de mettre en place un comité de suivi des recommandations issues de la réunion d’hier.

Démantèlement

En février dernier, les Douanes camerounaises ont décidé de démanteler les check-points superflus sur les différents corridors. La direction générale des douanes (DGD) du Cameroun a prescrit, à ses secteurs situés sur les corridors de transit de marchandises vers la République centrafricaine (RCA) et le Tchad, «la suppression immédiate des points de contrôle superflus» vers ces pays, à l’origine d’un récent mot d’ordre de grève lancé par la plateforme des organisations de transporteurs, rapportait l’agence de presse africaine APA News.

Dans une note comminatoire à ses services situés le long desdits trajets, elle dénonce des pratiques qui induisent des coûts supplémentaires, rallongent les délais d’acheminement des marchandises en transit, ternissent l’image du service tout en impactant, négativement, sur les rapports avec des partenaires privilégiés.

Les chefs de secteurs des douanes visés par la note devront, par ailleurs, mettre en œuvre toutes les mesures de sanctions prévues par

la règlementation en vigueur, à l’endroit des agents «qui continueraient

de s’illustrer par les mauvaises pratiques au quotidien, notamment à travers l’exigence aux transporteurs des frais indus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici