Cameroun : Les frais d’Apee ou la grosse escroquerie du Minedub et Minesec

0
488

Le sociologue et analyste politique Serge Aimé Bikoï s’est penché sur le sujet en constatant que les associations des parents d’élèves et enseignants constituent une vache à lait des établissements scolaires au Cameroun.

‘’ Source d’enrichissement pour certains, la gestion des fonds Apee n’a pas bonne presse. Compte tenu de l’augmentation des charges de L’État et de son incapacité à pourvoir à toutes les charges des établissements scolaires publics, les parents d’élèves ont eu l’idée de se regrouper en association. Question de trouver des solutions pouvant concourir à l’amélioration des conditions d’éducation de leur progéniture. Bien que louable, l’existence des associations des parents d’élèves et enseignants, dans les établissements scolaires, s’est transformée, au fil des années, en une industrie du business, où les Apee sont devenus des comptoirs financiers.

Constituées sur la base de la loi du 19 décembre 1990 sur la liberté d’association, les associations des parents d’élèves, devenues les associations des parents d’élèves et enseignants à la faveur du décret présidentiel du 24 décembre 2008, avaient pour mission de venir à la rescousse de L’État, visiblement en faillite et donc dans l’incapacité d’assurer, seul, sa mission régalienne d’éducation. Sauf que chemin faisant, L’État s’est dérobé de l’essentiel de cette mission abandonnant l’initiative de la construction des infrastructures scolaires, du matériel didactique et du fonctionnement à l’Apee et se contentant de payer les salaires d’une partie des enseignants fonctionnaires. Du coup, les établissements scolaires, depuis les années 2000, ne vivent que grâce aux associations des parents d’élèves et enseignants.

Ce qui est préjudiciable, c’est la perversion qui caractérise la gestion des contributions des parents qui sont devenus les seuls financiers de l’école au Cameroun. Au fil des années et face à la cagnotte de plus en plus importante que constituent les frais d’Apee, une mafia s’est organisée autour de sa gestion. D’où les tares que soulève la thématique liée à la gestion défectueuse des associations des parents d’élèves et enseignants. En réalité, les parents d’élèves sont dans un dilemme: s’ils décident, illico presto à partir de la prochaine rentrée scolaire, de ne plus payer, l’école publique, du primaire au secondaire, fermera les portes. A la différence, en continuant de payer, le système va poursuivre ses méthodes d’engraissement à travers les malversations pécuniaires impunies et régulièrement mises sur la place publique. Au demeurant, le problème des Apee et des fonds qu’elles génèrent ne pourra trouver une solution idoine et définitive qu’avec la fin du système gouvernant déliquescent en place.

Au regard de ce diagnostic, il est possible de repenser le processus de refonte des Apee. De prime abord, il faut une réforme consensuelle des associations des parents d’élèves et enseignants avec la participation, à 90%, des parents comme décideurs majoritaires. Par la suite, donner un statut légal à cette association établi de commun accord toujours avec la majorité. Pour ce qui est des cotisations, faire des collectes régionales à repartir selon les besoins de chaque établissement. L’argent ne devra plus se gérer par les proviseurs ou les directeurs, qui vireront cette cagnotte ailleurs.

Il est important que les cotisations soient fixées par parents et non par enfant au moins pour ce qui est du même établissement. Les cotisations doivent également être homologuées avec un taux unique pas comme aujourd’hui, où l’Apee, dans certains établissements, coûte 65.000 Fcfa. Toute chose appréhendée comme un scandale. Aussi faut-il que la gratuité de l’école primaire sorte des discours pour être effective sur le terrain et que la gestion des cotisations soit faite par un cabinet externe qui rend compte, en temps et en heure, de ses transactions ou agissements. Enfin, que ce cabinet soit, pénalement et pécuniairement, responsable de toute excroissance.’’

Le Don King

Mot à wou à wou!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici