Cameroun – Centrale hydroélectrique de Lebanga : Ils torpillent ce projet du chef de l’Etat Paul Biya

0
172

Annoncé depuis la campagne présidentielle de 2018, cette promesse de Paul Biya à la Lékié voit sa mise en œuvre empêtrée dans l’inertie, l’attentisme, le dilettantisme et autres différents blocages de l’administration en charge de son implémentation, le ministère de l’Eau et de l’Energie, au profit d’un autre de moindre importance à kikot en aval de la Sanaga.

Par Essingan

Des réunions renvoyées sine die, à l’instar de celle initialement prévue le 28 janvier dernier. Qui avait pour objet, la soumission du rapport d’analyse de l’influence entre la centrale hydroélectrique de Kikot et le projet du barrage hydroélectrique de Lebanga. Des retards au lancement des travaux. Un constat manifeste d’inertie et d’attentisme de la part des fonctionnaires du ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee), laisse croire que le projet du barrage hydroélectrique de Lebanga, promesse de Paul Biya à son électorat du département de la Lékié, est volontairement torpillé par cette administration. C’est en juin 2018 que l’entreprise chinoise Sinomach a signé avec le Minee, le contrat relatif au projet de construction du barrage hydroélectrique de Lebanga. Par la suite, en septembre 2018, Sinomach a procédé à la collecte des données et à une inspection sur le site. Les rapports de toutes ces descentes ont été transmis à date et en heure au Minee. Puis en 2019, l’entreprise chinoise va procéder cette fois à l’arpentage détaillé de la topographie, des profils en travers de la zone des travaux, avec à l’appui, plusieurs conceptions préliminaires, ainsi qu’une étude comparative des avantages et des inconvénients des différentes conceptions. Tous les rapports y afférents ont été transmis au Minee.

Incidences

Les études faites sur le terrain prévoient un calcul de l’impact des centrales de Lebanga et Kikot. La caractéristique première de ces deux ouvrages est qu’elles sont situées en cascade adjacentes sur le cours principal de la Sanaga. L’influence que l’une pourrait avoir sur l’autre concerne alors le niveau d’eau, en termes de volume sur le fonctionnement futur du réseau électrique issu de l’exploitation de ces ouvrages. A cet effet, il a été prévu au niveau de Lebanga, une méthode de dérivation plus batardeau, une méthode qui permet d’éviter une interruption du courant et qui est censée ne pas affecter négativement le niveau de stockage d’eau en aval.

Il se passe donc que malgré ces études et les rapports adressés au Minee, aucune démarche n’est enclenchée pour lancer les travaux de Lebanga. Au contraire, c’est le site de Kikot qui semble avoir les faveurs de cette administration ….

La Suite, en kiosques

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici