Cameroun : Le Port autonome de Douala s’active pour le dragage du Wouri

0
421

Le nouveau dispositif devrait accroitre les ressources financière de la plateforme.

Dans le cadre de l’autonomisation du dragage, les équipes du PAD (Direction du Dragage et de la Logistique Maritime) ont entamé l’installation de la tuyauterie d’évacuation des sédiments, en prélude à la première phase du dragage de la zone des postes 3, 4 et 5 qui sera lancé dans quelques jours. Ces opérations se feront avec les équipements nouvellement acquis par le PAD dont une drague aspiratrice stationnaire de type Beaver 50(en action ici).

En effet, la réduction des coûts exorbitants du dragage du Port de Douala-Bonabéri a été placée comme priorité des priorités par le Directeur Général, Cyrus Ngo’o, il y a trois ans. Avec l’appui du Gouvernement de la République et du Conseil d’Administration, l’autonomisation se met en place, avec une Régie Déléguée du Dragage au sein du PAD. Celle-ci, avec des facilités de fonctionnement pour une meilleure efficacité, sera dotée de plusieurs équipements, dont deux dragues nouvellement acquises. Il s’agit d’une drague aspiratrice stationnaire VIGILANCE, de type BEAVER 50 pour les plans d’eau, les pieds de quais et les darses, et une drague aspiratrice en marche de type Easy Dredge TSHD 3000, d’une capacité de puits de 3.000 m3 dédié au dragage du chenal d’accès au port.

À ces deux navires, va s’ajouter la drague Chantal Biya, qui était hors d’usage depuis 9 ans et dont la réhabilitation est en cours d’achèvement grâce à l’expertise interne du PAD. La Direction Générale du PAD veut faire du dragage une pourvoyeuse d’argent, à travers le recyclage des matériaux issus des travaux du dragage. Parallèlement, dans le domaine de la gestion, depuis quelques jours, le système intégré Navis N4 Billing tourne en plein régime. Il produit désormais la facturation de toutes les prestations rendues par la Régie déléguée qui a repris avec succès l’exploitation du Terminal à Conteneurs.

Système d’information Ce système intégré de facturation vient ainsi mettre définitivement aux oubliettes le système de facturation isolé IPAKI qu’utilisait l’ancien Concessionnaire. Par cette mise en production totale du système intégré NAVIS N4 Billing, la RTC fait ainsi un pas de géant dans la modernisation de son terminal à conteneurs. Selon le PAD, Il n’a donc pas fallu 6 mois comme annoncé, mais 6 semaines pour que les informaticiens camerounais s’approprient dans sa globalité le TOS NAVIS…

Source : Le Jour

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici