Cameroun : Le PDG de CEPER met fin aux fonctions du PCA Charles Borromée Etoundi

0
635

Une assemblée générale tenue récemment à Yaoundé, capitale du Cameroun, donne une nouvelle configuration du Centre d’Edition et de Production pour l’Enseignement et la Recherche (Ceper) dont l’ancien ministre de l’Education nationale était président du conseil d’administration.

Le couple Charles Borromée ne va plus éditer le fabuleux destin du livre scolaire camerounais. En tout cas, c’est la décision que vient de prendre le nouveau top management du Centre d’Edition et de Production pour l’Enseignement et la Recherche (Ceper) En effet, dans une note signé du Président directeur général, Christian Hebrard (note non datée), ce dernier indique que, « en exécution des décisions de justice, ordonnances 1376 du 13/09/2018 et 1766 du 26/11/2018 rendues par le président du tribunal de Première instance de Yaoundé, se sont tenus l’assemblée générale ordinaire et le conseil d’administration du Ceper SA à l’issue desquels de nouveaux administrateurs et, principalement le Président directeur général (Pdg) en la personne de Christian Hebrard ont été élus.

Par conséquent, « M. Charles Etoundi Ex-PCA et son épouse dame Etoundi née Ebogo Christine Jeanne marie, légalement, ne sont plus habiletés à agir au nom et pour le compte du Ceper SA. Le Ceper SA décline sa responsabilité de tous actes que poserait le couple Etoundi », écrit le nouveau PDG de CEPER. Un texte avec Papier entête du Ceper, qui décèle quand même une grave faute de grammaire à la fin.

L’ancien membre du gouvernement et président du conseil d’administration et du comité de restructuration de cette institution est soupçonné d’avoir croqué 600 millions de FCFA alors que le personnel accuse près de 12 mois d’arriérés de salaire.

Il faut dire qu’en octobre 2017, les avaient demandé la tête du PCA (ex aujourd’hui). Ils réclamaient 12 mois de salaires impayés. Une dizaine d’entre eux avaient alors été expulsé de l’enceinte. Ils avaient alors écrit au ministre du Travail et de la Séurité sociale. Lettre dans laquelle ils accusaient l’Ex-PCA d’avoir détourné près de 600 millions de FCFA, représentant « les loyers payés par le ministre des Finances au Ceper soit 24 millions par an, des loyers payés à Express Print service évalués à 300 millions de FCFA par an, des loyers payés au Ceper par d’autres sociétés et particuliers, de l’exploitation des machines de l’imprimerie », rapporte le quotidien Le Messager, sous la plume de Dimitri Amba.

Ainsi, sur les pancartes, l’on pouvait lire des messages où il était demandé à « Charles Etoundi de libérer immédiatement le Ceper. Charles Etoundi et Mme où est passé l’argent du Ceper…Etoundi Charles nous demandons la tenue de l’Assemblée générale…trop c’est trop Ex Pca…M et Mme Etoundi, votre mandat a expiré depuis le 16/09/2016.. 12 sans salaire… » Des accusations qui ont fait sortir l’ancien ministre d’Etat en charge de l’Education de ses gongs au point de s’en prendre à un gréviste. « Si vous remettez vos pieds ici, vous allez me sentir » avait-il lancé avant de s’engouffrer dans son véhicule escorté par des gendarmes sollicités pour voler à son secours. Cette fois, Charles Borromée Etoundi devra s’en prendre au nouveau Top Management du Ceper.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici