Cameroun : Le ministère des Transports et cette accusation de plagiat

0
229

Enquête sur un projet de sécurisation routière pour lequel des cybercriminels accusent le ministre des Transports, d’avoir usurpé la paternité au grand dam de son véritable concepteur.

Par Le Messager

Selon « Le patriote au cœur de la nation », une adresse Facebook non identifiable, un jeune camerounais « ayant suivi la demande du président à la diaspora responsable de venir faire avancer le pays » aurait présenté un projet de sécurisation routière au ministre des Transports qui, toute honte bue, l’aurait réalisé en s’attribuant la paternité. « Ce jeune homme vous a présenté le projet, ensuite le projet a mystérieusement disparu dans votre cabinet. Aujourd’hui, en parcourant le journal, on retrouve le projet du jeune camerounais en question, mais en tête d’affiche c’est vous le héros du projet » allègue « Le patriote au cœur de la nation » qui menace même de porter cette affaire à la très haute attention du Chef de l’Etat. « Le président Biya qui est l’esprit des esprits sera au courant de cette situation, car paraît-il, ce n’est pas nouveau » assène le dénonciateur. En somme, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe est accusé de détournement de projet ! Des accusations graves que rejette en bloc le ministère des Transports.

« C’est une déclaration mensongère dans la mesure où la correspondance postée par « Le patriote au cœur de la nation » date du 13 août 2020 alors que les engins destinés à l’enlèvement de ces obstacles ont été réceptionnés et inaugurés depuis 2014 par le ministre des transports de l’époque, Robert Nkili » a précisé la cellule de  communication du Ministère des transports. A grand renfort de photos et de communiqués, le Ministère des transports rappelle que l’opération « enlèvement des obstacles sur la route » officiellement lancée le 05 octobre dernier par le ministre des Transports dans le cadre de la campagne « Zéro accident » n’est pas une nouveauté. Cette opération a lieu « toutes les années à la période de la rentrée scolaire et des fêtes de fin d’année » et ce, depuis 2018.

D’ailleurs, dans un communiqué datant du 27 novembre 2018, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe rappelait que les véhicules abandonnés, en panne ou mal garés sur les axes routiers « sont souvent à l’origine de nombreux accidents mortels de la circulation routière » et que par conséquent, il procédait à partir du 10 décembre 2018, de concert avec le ministère de la Décentralisation et du développement local, le Secrétaire d’État à la défense chargé de la gendarmerie nationale, le Délégué général à la Sûreté nationale et le Directeur général du Parc national des matériels du génie civil, au lancement d’une campagne spécial. Campagne visant à désencombrer les axes routiers du pays dans le but « de garantir la fluidité du trafic et de réduire considérablement les accidents de la circulation routière ». Au regard de cette démarche gouvernementale, qui peut-on accuser de plagiat ? Ou d’usurpation de projet ?

Un tract en embuscade À mieux décrypter la correspondance servie par « Le patriote au cœur de la nation » et qui tient lieu de chef accusation, l’on relève sans aucune difficulté le caractère léger de celui qu’on dit avoir suivi l’appel du Président de la République. Primo dans son papier entête, il n’existe aucune référence de la prétendue entreprise et encore moins son contact et secundo, ce document n’est pas signé. Conséquence, on ne peut même pas identifier l’homme qui veut aujourd’hui se faire passer pour une victime. Il faut ici noter que le promoteur de cette entreprise voulait procéder par des manipulations en embuscades, connaissant la politique du gouvernement sur la sécurisation des axes routiers. L’on n’est pas loin dans cette affaire, de croire que c’est un scénario monté de toutes pièces pour saboter les actions du ministre des Transports Jean Ernest Masséna Ngallè Bibehe, et par ricochet à ternir son image de marque et à jeter le discrédit sur son honorabilité.

La cellule de communication du ministère des Transports a fermement dénoncé les allégations mensongères propagées par « Le patriote au cœur de la nation » et largement partagées dans les réseaux sociaux. Elle accuse « Le patriote au cœur de la nation » de porter atteinte à  l’action du gouvernement dans sa croisade contre l’insécurité routière et rassure par la même occasion l’opinion nationale et internationale que le Ministère des transports reste concentré sur son objectif principal qui est d’assurer la sécurité aux camerounais sur la route.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici