Cameroun : Le Mindef prescrit une sécurisation optimale pour la rentrée scolaire

0
551

Source : L’Indépendant

C’est ce qui ressort de la réunion périodique d’évaluation sécuritaire de l’ensemble du territorial national présidée le 30 août à Yaoundé par le ministre délégué à la présidence en charge de la Défense (Mindef), sur très hautes instructions du chef de l’État, Paul Biya.

Joseph Beti Assomo a tenu vendredi au siège des institutions, une réunion de sécurité hautement stratégique. Instruite par le chef de l’Etat cette «réunion périodique» visait à évaluer la situation sécuritaire sur l’ensemble du territoire national à la veille de la rentrée scolaire 2019-2020. Étaient présents autour du Mindef, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji et l’essentiel des principaux responsables des forces de défense et de sécurité : le délégué général à la sûreté nationale Martin Mbarga Nguele, le Secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie Yves Galax Landry Etoga, les chefs d’États major, le directeur général de la recherche extérieure (Dgre), les commandants des régions militaires inter armées, des régions de gendarmerie, le commandant du corps national des sapeurs-pompiers, entre autres.

D’emblée dans son allocution du jour, le Mindef a fait le constat selon lequel la situation sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest demeure précaire. «Les terroristes sécessionnistes et autres bandits armés, bien que subissant de sérieux et cuisants revers au quotidien, ne désarment toujours pas encore. Ils continuent plutôt à s’illustrer par des actes violents sur les civils, les membres des forces de défense et de sécurité, les fonctionnaires et agents de l’État, les enseignants, les élèves et les religieux, sans oublier la destruction de certaines infrastructures et équipements de ces régions qu’ils sabotent çà et là, de temps en temps», a regretté le Mindef.

  1. Beti Assomo a relevé que durant l’année scolaire 2018-2019 écoulée, de nombreux actes d’agression sur les élèves et les enseignants ont été enregistrés. L’on a également dénombré des cas de bastonnade, des enlèvements, des amputations, voire des meurtres. Pour lui, la rentrée scolaire se présente donc cette année comme un enjeu particulier pour le retour à une situation normale dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici