Cameroun : Le Mindef Beti Assomo et le harcèlement des forces de défense camerounaises

0
418

Le capitaine de vaisseau Cyrille Serge Atongack Guemo pourfend les méthodes des leaders sécessionnistes qui conçoivent des images pour culpabiliser les éléments des forces de défense de massacre à Mautu dans la région du Sud-ouest.

Par Essingan

Une vidéo diffusée sur la toile au cours des derniers jours, montre une mère et sa fille de quatre ans, tuées au cours d’un affrontement entre l’armée camerounaise et les séparatistes. À en croire les auteurs de ce document vidéo, dix autres individus ont été aussi abattus. D’après cette version, l’affrontement a eu lieu le dimanche 10 janvier 2021 dans le village de Mautu, une localité située à Muyuka, dans le département du Fako dans le Sud-Ouest du pays. D’après la même source, des militaires camerounais étaient à la recherche de séparatistes Ambazoniens, malheureusement, les affrontements ont causé des victimes collatérales, notamment des jeunes hommes, des femmes et des enfants.

A la suite de ces événements meurtriers, l’ambassade de France au Cameroun a vivement désapprouvé cet acte. «La France condamne l’attaque de Mautu dans la région Sud-Ouest du Cameroun qui a fait huit victimes civiles dimanche 10 janvier 2021», a laissé entendre la diplomatie française qui note que pour l’heure, les circonstances de ce drame demeurent non élucidées. Les autorités locales ont expliqué que l’armée a plutôt mené un «raid préventif» qui a abouti à la neutralisation de deux chefs de milice. Les morts sont donc ceux des séparatistes agresseurs.

Une version étayée par le ministère camerounais de la Défense précise que quelques terroristes ont été neutralisés pendant que d’autres blessés sont en fuite. Dans un communiqué de presse diffusé le lundi 11 janvier 2021, le porte-parole de l’armée, le capitaine de vaisseau Cyrille Atonfack Guemo a renseigné que les éléments du 21e bataillon d’infanterie motorisée (Bim) ont mené un «raid préventif sur les positions de groupes terroristes aux ordres des surnommés Spirito et Gabonais dans la localité Mautu, localité située dans l’arrondissement de Muyuka, département du Fako au Sud-Ouest».

A la vue des militaires, renseigne le Mindef, les hommes armés ont ouvert le feu sur les véhicules des premiers qui leur ont infligé une riposte farouche. A en croire le capitaine de vaisseau Cyrille Serge Atongack Guemo, le bilan de cet accrochage entre l’armée et les assaillants a fait état de «quelques terroristes neutralisés, d’autres blessés en fuite, des armes et des munitions récupérées ». Bien plus, dans la soirée de cet échange de tirs, des leaders de la crise anglophone «à la solde de la sécession et manifestement dépassés par les évènements» ont conçu des images pour essayer de faire endosser aux soldats, un «aveugle massacre perpétré à Mautu». Le Mindef précise qu’une enquête a été ouverte pour faire toute la lumière «le cas échéant», sur les images macabres en circulation sur la toile.

Urgent !

Suivez l’actualité du Cameroun en Installant sur votre Téléphone l’Application CamerPress en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

Lire aussi :

Intimidation : Ils avaient donné 8 mois au Nnom Ngui : (cliquez sur le lien) :

https://camer-press.com/actualite/cameroun-ils-donnent-8-mois-au-regime-biya-pour-une-intervention-militaire/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici