Cameroun : Le Franc CFA survivra-t-il à la réunion des ministres de Paris ?

0
189

La réunion semestrielle des ministres des Finances des pays ayant en commun le Franc CFA – et leur « tutelle » – se tient demain et après-demain à Paris dans un contexte de rejet de la monnaie « française » par certains utilisateurs africains et le rejet annoncé de cette monnaie en Afrique de l’Ouest.

Les pays de l’Afrique de l’Ouest sont déterminés à tourner le dos au Franc CFA (Communauté financière d’Afrique pour les pudiques, Comptoirs français d’Afrique pour les opposants), monnaie en partage par 15 pays dont 8 de l’Afrique de l’Ouest, 6 de l’Afrique centrale et les Comores.

Si les pays de l’Afrique centrale hésite encore à aborder le sujet de manière officielle – d’ailleurs, certains défenseurs de cette monnaie, plus proches des dirigeants, estiment que rester dans le giron du FCFA sécurise – en Afrique de l’Ouest les avancées sont considérables. Ainsi, lors d’une réunion le 29 juin dernier à Abuja, capitale politique du Nigeria, la première puissance économique d’Afrique, les chefs d’État et de gouvernement ont adopté une feuille de route vers cette monnaie commune. Selon ce plan, l’Eco pourrait voir le jour dès 2020 dans 15 États d’Afrique de l’ouest.

Les pays qui utilisent le Franc CFA sont notamment le Bénin, le Burkina-Faso, la Côte-d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Togo et le Sénégal pour l’Afrique de l’ouest, tous les pays de l’Afrique centrale ainsi que les Comores. Cependant, est-il important de le rappeler, le Franc CFA de l’Afrique de l’Ouest (XOF) n’a pas la même valeur que le Franc CFA de l’Afrique centrale (XAF) au point où la même monnaie n’est pas convertible, selon qu’elle a été frappée pour l’une ou l’autre région.

Ce qui agace surtout la société civile africaine est ce « tutorat nocif » de la France depuis la création de cette monnaie le 26 décembre 1945. Le franc CFA est arrimé à l’euro selon une parité fixe garantie par la France. En contrepartie, les pays de la zone franc ont l’obligation de déposer 50 % de leurs réserves de change au Trésor français sur un compte rémunéré.

D’ailleurs, le Franc CFA est imprimé à Chamalières par la Banque de France depuis sa création. Son impression est centralisée pour diminuer les coûts de fabrication et d’acheminement, explique-t-on en France. Lors de la réunion semestrielle de Yaoundé en 2016, le ministre des finances de la France, Michel Sapin disait encore que « C’est aux pays de la zone franc de décider ».

Demain jeudi et vendredi prochain, le ministère de l’Economie et des finances de France à Paris va encore accueillir, comme chaque année, les ministres des Finances, les présidents des institutions régionales et les gouverneurs des Banques centrales de la Zone Franc, en alternance avec l’un de ces pays.

Les ministres attendus sont : Romuald WADAGNI du Bénin ; Lassané KABORE du Burkina Faso ; Adama COULIBALY de la Cote d’Ivoire ; Geraldo MARTINS de la Guinée-Bissau ; Boubou CISSE du Mali ; Mamoudou DIOP du Niger ; Abdoulaye Daouda DIALLO du Sénégal ; Sani YAYA du Togo ; Louis Paul MOTAZE du Cameroun ; Calixte NGANONGO du Congo ; Roger OWONO MBA du Gabon ; Cesar Agusto MBA ABOGO de la Guinée équatoriale ; Henri Marie DONDRA de la Centrafrique ; Issa DOUBRAGNE du Tchad et Said Ali SAID CHAYHANE des Comores.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici