Cameroun : Le Commissaire Mouen Mouen redonne vie à la sécurité publique de Mfou

0
721

Après une « mission commandée » de 15 mois, a cédé sa place hier mardi 6 avril 2021 au Commissaire Jean Marie Bengono Bengono dans le chef-lieu de la Mefou et Afamba.

Le commissariat de sécurité publique de Mfou, chef-lieu du département de la Mefou et Afamba semble avoir un passé récent aussi épicé que l’histoire de cette ville. Mfou : prison des femmes, ville du ministre de l’Intérieur Victor Ayissi Mvodo, ville ayant eu pour premier préfet Nkeng Peh Bruno, ancien gouverneur de la province de l’Est (en 1979). Edgar Alain Abraham Mebe Ngo’o y séjourna aussi comme préfet. Ville éminemment stratégique à 17 kilomètres de Yaoundé (à partir d’Awaé Escalier).

Et pourtant, jusqu’au 17 janvier 2020, cette circonscription administrative dont dépend l’aéroport international de Yaoundé – Nsimalen était devenu un « No man’s land » en matière de sécurité au point où « Le Manoir » – le cœur du chanvre indien – avait déjà pignon sur rue, au vu et au su des éléments du Commissariat de sécurité publique situé face place des fêtes de Mfou. Le 17 janvier 2020. Le patron du Commissariat que certains habitants de la ville avaient déjà surnommé « Commissariat de Tampis » comme dans cette série Burkinabé, est relevé de ses fonctions. Tout le commissariat est démantelé. Un nouveau commissaire – par intérim – est nommé en la personne de Vincent Pascal Mouen Mouen. Il arrive avec de nouveaux éléments. Du gardien de la paix à l’officier de police en passant par les inspecteurs de police. Opération : redorer le blason de la police terni par l’équipe précédente. En clair, le Commissaire Vincent Pascal Mouen devait rebâtir le partenariat police population dans la ville de Mfou, relever l’image du commissariat de sécurité publique de la ville de Mfou, restaurer la coopération avec les autres forces, assainir les rapports avec les autorités administrative et judiciaire et lutter contre la criminalité ambiante.

Mission accomplie, si l’on en croit le témoignage de son Boss, le délégué régional de la Sûreté nationale pour le Centre, le Commissaire Divisionnaire Didier Ngah. « Vous avez su rehausser l’image de marque de la police en ramenant cos collaborateurs à plus de discipline », a déclaré le patron de la police pour le Centre hier, lors de la passation de service.

Certes nommé récemment à ce poste, le Commissaire Divisionnaire Didier Ngah assurait déjà l’intérim à la tête de la délégation régionale. Donc, il est au faîte du travail abattu par le Commissaire Vincent Pascal Mouen. Les témoignages des sources différentes dans la ville sont quasi laudateurs.

Les conducteurs des moto-taxis, qui devraient contextuellement être en conflit avec la police sont plutôt reconnaissants. « Le Commissaire nous écourtaient beaucoup. Il a permis de réduire au maximum le vol des motos et la agressions mortelles des propriétaires des motos », témoigne Arnaud Chouala, le président de l’association des propriétaires des motos-taxis de la ville de Mfou, qui révèle que, pour le seul mois de janvier 2019 – un an avant l’arrivée du Commissaire Vincent Pascal Mouen – 6 motos avaient été volées, suivi d’assassinat des conducteurs.

Bilan chiffré

En matière de lutte contre la vente et la consommation de stupéfiant, 27 personnes interpellés dans différente opération et déférés au parquet ; un champ de cannabis démantelé et détruit au village Nkolebiandi par Mfou à 6 kilomètres du centre-ville ; interpellation d’un membre des FDS (forces de défense et de sécurité) et saisie de 360 comprimé de Tramadol destinés au ravitaillement (des petites mains) dans les établissements scolaires.

En matière de lutte contre la grande criminalité, l’équipe du Commissaire Mouen Mouen a saisi deux armes à feu en septembre 2020 et 50 munitions au cours d’une opération de vente illégale. La police de Mfou sous le Commissaire Mouen Mouen a lancé une vaste opération de lutte contre la vente illicite de médicament avec, dans la nasse, 12 personnes interpellées et déférées et environ 2 tonnes de médicament saisies.

L’action de l’équipe de Vincent Pascal Mouen Mouen n’était pas seulement répressive. Un cadre de concertation et de travail avec les présidents des syndicats des transporteurs interurbain et moto taxi en vue d’emmener leurs différents adhérents à souscrire à une police d’assurance et à se faire établir un permis de conduire a été mis en place. Comment ne pas rappeler que le visage du Commissariat lui-même a changé.

Le commissariat s’est doté d’un mirador pour les factions de garde, d’une clôture et d’un portail, des toilettes modernes pour les fonctionnaires qui y travaillent, des toilettes pour les usagers qui se rendent au commissariat pour des services divers, des toilettes moderne pour les gardés à vues et d’un groupe électrogène en vue de le prémunir des problèmes d’électricité de la ville. Le Commissaire intérimaire a laissé un projet de construction d’une cantine pour les fonctionnaires est en construction au moment des nominations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici