Cameroun : Le casse-tête chinois qui attend Luc Messi Atangana à Yaoundé

0
256

Il sera question pour le nouveau maire de la cité capitale du Cameroun de résoudre cet épineux problème qui n’a que trop duré.

« Nous sommes à la recherche de l’oiseau rare parce qu’on va de déception en déception. L’Etat doit intervenir pour soutenir la société. » Ce sont les déclarations de Gilbert Tsimi Evouna, délégué du gouvernement de la communauté urbaine de Yaoundé (Cuy) lors du conseil de communauté consacré à son examen et son adoption du budget 2020 tenu le 13 décembre 2019. Il est d’un fait établi dans la ville de Yaoundé, les «transports urbains sont un véritable problème qui perdure et qui est l’une source de dépense de la Cuy. L’on se rappelle que la société des transports urbains du Cameroun (Sotuc) avait été liquidée en 1996 pour mauvaise gestion. Elle avait accumulé 47 milliards de pertes sèches en 1995 et affichait une dette de 60 milliards. Malgré l’apport financier de l’ex caisse française de développement (Afd) de 15 milliards, sa chute avait été irréversible.

Dix ans plus tard le gouvernement et la transnational Automotive group

Cameroon, filiale de TaugUsa s’engageaient pour la mise sur pied de la société Le Bus. Les actions de la société sont détenues à 66% ; et 34% par le Cameroun. Et le 26 septembre 2006, la société démarre ses activités avec 48 bus renforcés par 30 autres bus un an plus tard. Les mêmes causes vont toujours produire les mêmes effets à savoir mauvaise gestion, l’entreprise tourne à perte, manque de maintenance des engins, salaires impayés, et bien d’autres. Pour certains experts, la faillite de ces sociétés s’explique en partie par l’attitude de l’Etat qui ne remplit pas toujours sa part de contrat. Pour la société Le Bus par exemple il a été prévu que la caisse de stabilisation des produits d’hydrocarbures (Csph) et la Chambre de commerce, des mines, de l’industrie et de l’artisanat couvrent le volet financier et la communauté le volet matériel.

Il sera donc question pour la nouvelle cuvée de ces édiles municipaux du 9 février dernier, avec à leur tête le maire de ville Luc Messi Atangana, de résoudre cet épineux problème qui gangrène la capitale politique du Cameroun. Surtout quand on sait les grands challenges qui sont proches tels que le championnat d’Afrique des nations (Chan) 2020 et la coupe d’Afrique des nations (Can) 2021. Donc l’urgence d’une nouvelle politique de transports urbains dans la ville de Yaoundé est impérative.

Ce qui permettra la mobilité des personnes durant ces rendez-vous de renommée continentale. IL ne faudrait pas oublier que Yaoundé est quand même le reflet du Cameroun.

Source : La Nouvelle

Pour suivre toute l’Actualité sur le Cameroun, Installez l’Application de CamerPress sur votre Téléphone en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici