Cameroun : Les avocats chez Maurice Kamto, le Bâtonnier est-il innocent ?

0
348

Me Charles Tchakoute Patié vient de publier un communiqué pour « dénoncer » la démarche qui a milité à cette photo des avocats en toges autour de Maurice Kamto, leur confrère président du Mrc.

« Clanisme et instrumentalisation : Le Mrc crée une section chez les avocats », telle est la grande Une du quotidien InfoMatin de jeudi dernier 17 octobre 2019. Une information, qui n’est pas passée inaperçue, surtout que le journal de Dieudonné Mveng précise qu’’’une centaine de membres du barreau du Cameroun savamment ciblée pour les besoins de la cause, est allée faire allégeance à Maurice Kamto, en sa résidence de Yaoundé, après sa libération ».

Dans un communiqué lu ce midi au journal de 13h de la Crtv, le président de l’ordre national des avocats, le Bâtonnier Me Charles Tchakoute Patié condamne la démarche et explique les circonstances dans lesquelles un avocat peut arborer sa toge. « Si l’avocat est un citoyen jouissant comme tel de tous les droits consacrés par la Constitution, y compris celui d’adhérer à telle formation politique de son choix, en revanche il relève d’une corporation réglementée qui l’astreint à des devoirs découlant des règles, traditions et usages professionnels, notamment en ce qui concerne le port de la robe. Le portail des camerounais de Belgique. Je le dis sans ambages : les avocats ne peuvent revêtir leur robe qu’à des occasions consacrées par les usages et traditions séculaires. Les domiciles privés ne sont d’aucune façon les lieux où la robe d’avocat peut être portée, sauf situations très particulières sur autorisation expresse et préalable du bâtonnier », écrit Me Charles Tchakoute Patie.

Et pourtant, selon certains témoignages, le Bâtonnier n’est pas blanc comme neige dans cette affaire. En robe noire pour la plupart, – donc en tenue de travail, les avocats, sous la direction du Bâtonnier Charles Patie Tchakoute himself sont allés, fêter la libération du président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun. Si Maurice Kamto est présenté comme un « confrère », souligne notre confrère Le Bled parle, beaucoup tiennent cependant à rappeler que l’homme, depuis des décennies, a arrêté de faire partie du corps – tout au moins au niveau national.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici