Cameroun : L’autorité aéronautique simule un acte de prise d’otages à Douala

0
301

L’exercice effectué à l’aéroport international de Douala, capitale économique du Cameroun est un exercice ayant pour but d’évaluer l’efficience et l’actualité du plan de gestion de crise de cet espace aéroportuaire validé le 14 août 2014.

Source : Génération Libre

En présence du ministre délégué aux transports, El Hadj Njoya Zakariaou, accompagné du gouverneur de la région du Littoral et de l’ensemble de son étatmajor, et sous l’expertise de l’Autorité aéronautique civile du Cameroun (Ccaa), l’aéroport international de Douala a connu une simulation de gestion de crise, le 25 octobre 2019. Baptisé « Wouri3 », en référence à l’exercice « Wouri 1 » du 31 juillet 2008 et « Wouri 2 » du 12 janvier 2018,n réalisés sur le même espace aéroportuaire, les objectifs de cette manœuvre ont porté sur l’évaluation de la gestion de la phase préliminaire de la crise, les plans de gestion des crises de l’aéroport, les procédures et plans sectoriels des services, les infrastructures et équipements en usage, la formation des personnels dédiés à la gestion des crises, le dispositif de riposte aux actes d’intervention illicite en place à l’aéroport, aussi bien au niveau des infrastructures que des procédures et des moyens des différents services administratifs et partenaires aéronautiques.

Cette activité, qui rentre en droite ligne des dispositions du décret n° 2005/327 du 06 septembre 2005 portant organisation de gestion des crises de sûreté de l’aviation civile au Cameroun, a pour objet la planification d’un exercice de crise de sûreté d’application générale à l’aéroport international de Douala. Pendant quatre heures, l’opération a consisté en une succession d’événements intervenant dans le cadre d’un acte d’intervention illicite.

Placé sous l’autorité de Pierre Essomba, secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale et par ailleurs directeur de l’exercice, le personnel de planification de l’exercice a joué un rôle remarquable dans l’atteinte des objectifs fixés par l’Ccaa. Ils ont particulièrement veillé à ne pas intégrer parmi les sites de l’exercice les parties de l’aéroport qui doivent supporter la poursuite de l’exploitation. Dans le cadre de l’identification et des contrôles d’accès, des mesures ont été prises pour distinguer visuellement les personnes participant à l’exercice celles qui n’y participent pas.

Cela s’est fait à travers des écharpes et brassards dont les couleurs variaient selon les différents acteurs. Dans les rangs des acteurs, on retrouvait les éléments de la police, de la gendarmerie, de la douane et des forces de défense, ainsi que le personnel de la Ccaa, sous la conduite de son Directeur général.

Au cours de la réunion de l’évaluation et de présentation du rapport de l’exercice, les différents responsables de l’opération se sont réjouis de sa bonne conduite. Ce d’autant que les pertes en vies humaines affichent un seul mort. Le gouverneur de la région du Littoral a marqué sa satisfaction sur la réactivité et la flexibilité de l’exercice. « Grâce à l’usage du téléphone portable, les  informations sont allées très vite, facilitant par le fait même les interventions des différents acteurs. Cela n’aura dû être le cas avec le téléphone fixe », souligne Samuel Dieudonné Ivaha Diboua. « Il faut être très professionnel. L’exercice valait la peine. Il faut toujours le répéter », poursuit le patron de la région du Littoral.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici