Cameroun : La lutte contre la corruption se déploie dans les centres techniques

0
28

Ces descentes qui se sont faites du 7 au 18 octobre 2019 dans les villes de Douala, Bafoussam et Yaoundé ont permis d’ évaluer la performance desdits centres et de sensibiliser ceux-ci sur l’impact de la délivrance des fausses vignettes dans la sécurité routière.

20% des causes des accidents ont pour origine l’état technique des véhicules et le contrôle technique de ceux-ci est l’un des foyers de corruption dans le secteur des transports. C’est pour cela que la Cellule de lutte contre la corruption du ministère des Transports dont les activités sont coordonnées par l’Inspection générale, a fait des descentes simultanées et inopinées dans les villes de Douala, Bafoussam et Yaoundé pour évaluer les centres de visite technique. Les deux équipes d’inspection, renforcées par les acteurs des organisations de la société civile, ne se sont pas fait annoncer pour se mettre à l’abri d’éventuelles mises en scène des différents hôtes.

Plus de 10 centres notamment WCI, CADCIA, DAC, Auto Vision Cam, Hydrac, Silicon, Cemex contrôles, NACHO, SECOMA, Satellite Ngono sont passés au scanner. La méthodologie de travail a consisté, dans chaque centre, à un entretien avec les personnels, à la visite des équipements, et enfin à des recommandations pour un meilleur fonctionnement desdits centres.

Ces derniers ont été évalués sur les points suivants : la disponibilité des textes réglementaires, l’identification et la qualification du personnel, les conditions de travail, le respect des normes de sécurité, la vérification des équipements, l’observation d’un processus de contrôle de visite technique, la crédibilité des visites techniques, les stratégies mises en place pour lutter contre la délivrance des fausses vignettes. Au cours de cette visite d’inspection, les responsables ont révélé que le principal motif de rejet des véhicules sollicitant une vignette de visite technique est la défaillance du système de freinage.

Outre cette évaluation, les membres de la Cellule ont présenté aux responsables des centres, leur grande responsabilité dans la lutte contre l’insécurité routière au Cameroun. Pour cela, ils leur ont recommandé d’éradiquer la délivrance des fausses vignettes de contrôles techniques, de recycler leurs contrôleurs, de renforcer les mesures de sécurité et l’interdiction de la proximité entre les contrôleurs et les responsables de véhicules afin de diminuer les risques de corruption.

Au Cameroun, la visite technique automobile est réglementée par l’Arrêté n°011/A/MINT du 23 février 1998. Cet arrêté fixe la périodicité et les procédures de la visite technique et les conditions de délivrance des certificats y afférents ainsi que les indications que doivent porter lesdits certificats. Et, la Cellule de lutte contre la corruption dont l’une des missions est de veiller à la mise en œuvre effective des mesures de lutte contre la corruption prescrites au sein du ministère des Transports dans le cadre du plan gouvernemental de lutte contre la corruption, privilégie la démarche consistant à sensibiliser d’abord et sanctionner après.

Solange Nana, Mintransports

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici