Cameroun : La Bicec en procès ce jour à Douala sous la menace d’une liquidation

0
260

Un procès ouvert au tribunal de Douala Bonanjo afin de voir le Juge des référés organiser «le cadre amiable» pour le règlement du litige qui met en péril les dépôts des épargnants.

C’est la Mutuelle Interafricaine des Consommateurs des Biens et Services (MIACBIS) qui a décidé d’ester en justice la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (BICEC) représentée par son directeur général Rochdi SANHAJI et son directeur général adjoint Remy Georges RAFFI. La mutuelle représentée par le président de son Conseil d’administration L’auditeur bancaire Pierre Numkam devra être face aux responsables de la Bicec ce jour devant la barre du tribunal de Première Instance de Douala-Bonanjo.

La pomme de discorde réside dans une affaire de 40 millions de FCFA sur les dépôts confiés par les épargnants à la banque. Les plaignants accusent certains agents de la banque d’avoir « organisé par des voies de fait sous le fallacieux prétexte d’un crédit court terme aux Ets Nzoogou, la sortie frauduleuse des livres de la Bicec d’une somme de plus de 40 Millions de FCFA sur les dépôts confiés par les épargnants à la banque ;que ces voies de fait sont caractéristiques des manœuvres par lesquelles la plupart de nos Banques et Microfinances parmi lesquelles la Bicec se retrouvent actuellement en faillite et courent le risque permanent d’une mise en liquidation qui peut intervenir à tout moment », peut-on lire sur l’Assignation en intervention forcée.

Les plaignants trouvent la situation de la banque très grave. Mais, souhaitent « régler à l’amiable tout différend afin de protéger et préserver l’intégralité des dépôts de l’épargnant à la Banque, même en cas de liquidation d’une Banque ». En ce qui concerne les agents cités plus haut, les plaignants membres de la Mutuelle souhaitent que la justice « condamne sans la moindre réserve les faits criminels exposés dans la requête susvisée par lesquels les responsables véreux de la Bicec mis en cause ont organisé le pillage des dépôts des épargnants ».

La Bicec – ex-Bicic, fondée en 1962 – est passée des mains des Français en 2019 pour la Banque centrale populaire au Maroc (BCP). La Bicec est la troisième banque camerounaise et la 7e banque d’Afrique centrale. « C’est une banque historique, qui a une très grande part de marché auprès des particuliers notamment. Et nous voulons mettre l’accent sur des réalisations concrètes, pour tourner définitivement la page des difficultés que la banque a rencontrées après l’identification d’une fraude (en 2016, ndlr) », avait déclaré Kamal Mokdad, le directeur général de BCP, la banque mère.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici