Cameroun : Issa Tchiroma du visé par le mémorandum du Grand Nord du MRC

0
211

Le Président du Front pour le Salut National du Cameroun a réagi à la publication par le journal Le Jour du 28 avril 2020, d’un texte de la « Ligue du Grand Nord », à travers une chronique publiée dans l’hebdomadaire « L’Oeil du Sahel » de ce lundi 4 mai 2020.

La pilule est difficile à avaler chez Issa Tchiroma Bakary, le président du Front pour le Salut National du Cameroun (FSNC), par ailleurs Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, qui se désolidarise d’un mémorandum anonyme publié le 28 avril dernier dans les colonnes du quotidien Le Jour, par des ressortissants du septentrion se revendiquant de la « Ligue du Grand Nord ».

L’homme d’Etat a réagi dans une tribune libre publiée ce lundi 4 mai 2020 par nos confrères de L’œil du Sahel, et tance vertement la sortie dudit document en cette période de lutte contre la pandémie de Coronavirus. Il n’y va pas par quatre chemins pour établir d’emblée que « les auteurs de ce document suggèrent l’existence d’un agenda caché ».

En tant qu’élite du septentrion, il se gargarise d’être l’un des pères fondateurs de la coordination des partis politiques de l’opposition lors de la période dite des braises, et surtout de la coalition des partis politiques de l’opposition des années 2000, et refuse d’être confondu parmi les initiateurs du mémorandum en question.

« Je commence d’abord par affirmer pour dissiper tout doute et tout malentendu que le FSNC dont je préside à la marche, à l’unanimité de ses dirigeants, a choisi d’accompagner le président Paul Biya jusqu’à la fin heureuse de sa carrière politique », écrit Issa Tchiroma.

Il conteste la qualité et la légitimité aux initiateurs de ce pamphlet qui recense les frustrations et les manquements géopolitiques des ressortissants du Grand Nord dans la gestion de la cité. Pour lui, seuls les partis politiques du septentrion représentés à l’Assemblée Nationale ont la « légitimité élective » et « l’autorité morale », pour décider de la rupture ou de la consolidation de l’alliance entre le septentrion et le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC). Les partis en question sont : L’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP) de Bello Bouba Maïgari, le Mouvement pour la Défense de la République de Dakolé Daïssala, et le FSNC dont il préside aux destinées.

« Ils ne disposent en dehors de leur fantasme d’aucun pouvoir pour décider de la remise en cause encore moins du divorce entre le septentrion et le président Paul Biya ». Et de poursuivre : « En démocratie, la démographie est synonyme de pouvoir ; parce que 50% des pauvres et parfaitement illettrés disposent du pouvoir de désignation de celui qui présidera aux destinées de la nation, parce que du fait de son poids démographique de 1992 à ce jour, le vote du septentrion a été déterminant pour la désignation du Président de la république. Dès lors, quiconque aspire à gouverner notre nation par les voies démocratiques ne resterait indifférent ou à l’écart de ce vivier électoral ».

Il croit que c’est là tout l’enjeu des convoitises que suscite le Grand Nord, et prête au Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto, d’instrumentaliser ces ressortissants de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-nord, pour des desseins de pouvoir en dehors du canevas édicté par les instruments juridico-légaux de la nation. « Je comprends de ce fait pourquoi les thuriféraires du MRC ont estimé utile, par les artifices et des mises en scène dignes des impresarios hollywoodiens, d’annoncer urbi et orbi le divorce de l’alliance septentrion- RDPC Paul Biya ».

Il conclut sa chronique en appelant les populations de ces trois régions à s’inscrire massivement sur les listes électorales pour continuer de conforter leur vivier électoral, assez déterminant dans le choix des dirigeants de la République.

Par Cameroun Info.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici