Cameroun : « Ils » donnent 8 mois au régime Biya pour une intervention militaire

0
8116

Ils se recrutent parmi certaines Organisations non-gouvernementales (Ong), les médias, les diplomates, les partis politiques, les intellectuels, les membres de la diaspora et même au sein de la société camerounaise. Décryptage.

Par Le journal La Nouvelle

Les derniers événements survenus le 14 février dernier à Ngarbuh,  dans la région du Nord-Ouest, ont démontré la détermination de certains réseaux à déstabiliser le Cameroun. C’est à cette conclusion qu’on parvient après avoir pris connaissance du rapport erroné concocté pour la circonstance par Human Rights Watch (Hrw). Seulement, en parcourant ce faux rapport repris en boucle par les relais de cette  Ong,plusieurs observateurs ne manquent pas de s’interroger sur ses méthodes d’investigations quand à la fin, l’on découvre que non seulement Hrw n’a effectué aucune descente sur le terrain et que bien plus, ses prétendues preuves mettent en exergue une collusion manifeste entre Ilaria Allegrozzi, auteure dudit rapport, avec un certain Nfor Yacubu présenté comme un chef rebelle sécessionniste.

Pour nos observateurs, après avoir parcouru ledit rapport de Hrw, l’opinion publique a été édifiée lorsque le bras séculier de cette Ong Hrw va lâcher le morceau en confessant auprès des services de sécurité camerounaise avoir reçu de ses mentors, l’instruction de fabriquer un faux rapport L pour ternir l’image de l’armée camerounaise et partant celle du régime d’Etoudi sur le plan international. Ce n’est donc pas un fait anodin si le 21 février 2020, au Salon d’agriculture de Paris, l’activiste de la Bas, Abdoulaye Thiam alias Calibri Calibro interpelle bruyamment le président français, Emmanuel Macron, pour lui annoncer « qu’il y a un génocide au Cameroun dans lequel il y a plus de 22 morts calcinés ».

Comme on peut aisément le subodorer, certains lobbies ne cachent plus leur volonté d’internationaliser la crise sociopolitique en cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest afin de mettre le Cameroun sous la tutelle internationale et ce, en dépit de sa souveraineté. L’objectif visé ici étant d’ouvrir une brèche pour une intervention militaire de l’Onu, synonyme de la fin du régime de Paul Biya. Vient alors l’incontournable question : qui sont-ils ces comploteurs de l’ombre qui jouent le jeu de certaines Ong et militent pour une intervention des casques bleus au Cameroun ?

Casques bleus

Pour répondre à cette lancinante question, le ministre de l’Administration  territoriale, Paul Atanga Nji, au cours d’un point de presse organisé le 9 mars dernier à Yaoundé, épingle certains médias à la solde des lobbies qui veulent déstabiliser le Cameroun. Il s’agit selon le Minat de Equinoxe Tv, Stv, radio Balafon, le Quotidien Le Jour. A propos, certains analystes estiment que la communication est une des armes les plus dangereuses, surtout lorsqu’elle est orientée vers la défense et la protection insinuées des terroristes. Alors question : le Conseil national de la Communication (Cnc), instance de régulation des médias au Cameroun ne serait-il pas aujourd’hui à la hauteur ou alors n’aurait-il pas la visibilité nécessaire, à moins d’être complice, pour détecter parmi les médias, les relais des terroristes ?

Si tel est le cas, le pas est vite franchi pour l’étiqueter comme un comploteur endogène. A l’instar des réseaux du G11, les prisonniers de luxe dont le soutien à Maurice Kamto sont avérés ; les hauts  fonctionnaires de l’administration camerounaise occupant des postes névralgiques qui sont restés fidèles à Jean Marie Atangana Mebara et Marafa Hamidou Yaya et d’autres hauts fonctionnaires qui alimentent à la fois l’endormissement généralisé pour que des décisions et actions gouvernementales ne soient pas prises afin de favoriser la désintégration du régime en place.

Pour suivre toute l’Actualité sur le Cameroun, Installez l’Application de CamerPress sur votre Téléphone en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici