Cameroun – Fraudes aux Régionales : Le cri des Chefs traditionnels à Elecam

0
405

Certains candidats à la représentation du commandement traditionnel accusent l’adversaire d’user d’achat de conscience et de corruption.

Par Essingan

C’est la dernière ligne droite qui mène au conseil régional pour tous les candidats dans toute l’étendue du territoire national du Cameroun. Voilà pratiquement deux semaines que les duos de candidature sont connus. Apres demain, plus précisément dimanche 06 décembre 2020, pour ce qui est du département de la Mefou et Afamba, ce jour est considéré par plus d’un comme le jour le plus long pour les candidats à la représentation du commandement traditionnel pour le compte du Conseil régional. Les candidats d’une certaine liste clament haut et fort que, «nous ne perdrons pas cette élection.

Ce premier tour du conseil est le nôtre et il n’est pas question que d’autres y aillent avant nous. Il faut que les autres attendent leur tour dans cinq ans et pour se faire, dimanche prochain, nous allons utiliser tous les moyens possibles voire illégaux pour atteindre notre objectif», disent-ils. Des déclarations plus que malveillantes au mépris des efforts fournis par les candidats des autres listes qui pour espérer atteindre leur objectif, ont dû parcourir tout le département en opération de charme auprès des grands électeurs que sont les chefs de deuxième degré et de troisième degré.

Elections Cameroon (Elecam) qui est l’instance faitière en matière d’organisation des élections au Cameroun est dans l’obligation d’assurer et de veiller à ce que cette élection soit impartiale. Il est précisé dans le Code électoral au Titre IX, chapitre Vi portant recensement des votes et de la proclamation des résultats, à l’article 266 1 (b) que : pour les représentants du commandement traditionnel: – la liste qui obtient la majorité des voix acquiert la totalité des sièges à pourvoir. Le Titre XII au chapitre I des dispositions pénales dans son article 288 (1) stipule : est puni des peines prévues par l’article 122-1 du code pénal, celui qui à l’aide de fausses nouvelles, de propos calomnieux ou autres manœuvres frauduleuses supprime ou détourne des suffrages, détermine un ou plusieurs électeurs à s’abstenir de voter ou dans l’article 289 est puni des peines prévues par l’article 123-1 du Code pénal par dons, libéralités, faveurs, promesses d’octroi d’emplois publics ou privés ou d’autres avantages particuliers faits en vue d’influencer le vote d’un ou de plusieurs électeurs, obtient leur suffrage soit directement, soit par l’entremise d’un tiers.

Alain Christophe Ngamanga Messi, figure de proue de la liste «Bleu ciel» explique  que « certains chefs électeurs nous ont prévenus qu’il y aurait des tentatives de fraude dimanche prochain par achat de conscience, par intimidation ou d’autres stratagèmes. La structure en charge des élections doit être vigilante et nous le serons aussi. Nous serons prêts à dénoncer toute forme de fraude. Elecam nous a fait savoir que nous avons la possibilité de dénoncer et c’est l’occasion de rappeler aux électeurs que le fait d’emporter par devers soi des bulletins est une faute qui peut être sanctionnée par la loi. Les bulletins de vote non choisis doivent être déposés dans la poubelle de l’isoloir tels que prévu par les textes en vigueur ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici