Cameroun : Football – Que reste-t-il de l’héritage de Marc Vivien Foé?

0
196

17 ans après la mort de l’international camerounais au stade Gerland à Lyon en France lors de la Coupe des confédérations Fifa, exploration de l’œuvre de l’ancien Lion Indomptable.

Par Claude Kana, historien du football

26 juin 2003, 26 juin 2002, dix-sept ans déjà que Marc-Vivien FOE nous a quittés. Personne n’a encore oublié cette image du colosse s’écroulant sur la pelouse de Gerland. A jamais, l’image restera, émouvante ! La mort de Marc-Vivien FOE a connu un écho immense à travers le monde, à cause de l’imprévisibilité, l’incrédulité, et surtout l’exclusivité, autant d’éléments qui lui ont conféré une charge émotionnelle très forte. En dehors du terrain, Marc-Vivien FOE était un homme au grand cœur. Avant le drame, il était en train de construire à Biteng – à l’entrée Est de Yaoundé – un Complexe sportif ultramoderne pour donner une chance aux enfants pauvres et mettre un peu plus l’accent sur la qualité de la formation.

Que reste-t-il de son héritage ? Ce matin, j’ai envie de pousser un coup de gueule, car toutes les promesses qui avaient été faites à sa mort sont restées vaines. Les commémorations des anniversaires de ce drame se passent désormais dans le quasi anonymat. Pire, le Cameroun d’en haut semble avoir déjà oublié. Dans un pays où les infrastructures sont aussi désuètes, l’abandon du Complexe sportif de Marc Vivien FOE est une pure honte. A ce jour, la broussaille a envahi le bâtiment. Du gymnase à la piscine, en passant par les bureaux et les autres espaces dédiés à la pratique d’autres disciplines sportives, tout est à l’abandon.

Marguerite Rose MBIA, une proche de la famille avoue que : « C’est inconcevable que notre pays, qui n’a pas assez d’infrastructures puisse abandonner les œuvres d’un de ses dignes fils. Je suis également triste de voir les autorités locales ne pas s’intéresser à son entretien. Ce qui pourrait non seulement permettre à l’éclosion de talent, le renouveau du sport dans la localité, mais également une source de revenu, qui permettra à la longue de ne plus souffrir du problème d’entretien. Le gouvernement avait promis de prendre soin de ce joyau architectural. Tout comme d’apporter un soutien à sa famille. De même que certains de ces coéquipiers en équipe nationale et en club. Sauf qu’à ce jour, rien n’est fait dans ce sens ».

Pire, aujourd’hui, une partie de l’édifice abrite les services du Commissariat de sécurité publique du 20 e Arrondissement de la ville de Yaoundé. « La France a une relation étroite avec son histoire et sa mémoire. France 24 et RFI valorisent la mémoire de Marc Vivien FOE, contrairement à son propre pays », confie David MBAH, enseignant. A delà de ce prix qui porte son nom, de l’Angleterre à la France, il y a eu des stèles, un stade à Lyon, une tribune à Lens, une rue…. Et au Cameroun, RIEN, NADA, NOTHING, QUE DALE !!! Pas un stade, pas une compétition, pas un trophée, pas une tribune, pas une rue… Qu’est-ce que cela aurait pu nous coûter? J’avoue n’avoir pas tout compris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici