Cameroun / Football : La guerre se poursuit entre la Ligue et la Fecafoot

0
182

Les « soldats » du Général Pierre Semengue, via un communiqué de presse, estime que la convocation du personnel de la Ligue à la Fecafoot fait partie des manœuvres de déstabilisation.

La guerre dans le football camerounais en salle se poursuit entre la fédération camerounaise de football (Fecafoot) et la ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC). La première étant dirigée par Seidou Mbombo Njoya et la deuxième par le Général d’Armées Pierre Semengue. Le premier ayant débarqué récemment de son poste le second sur la base des textes adoptés en cours de mandat. Au point où la guerre est quasi ouverte entre les deux institutions. Le président de la Fecafoot ayant d’ailleurs mis en place un comité technique transitoire à la place de la LFPC.

Dans un communiqué signé hier du Secrétaire général de la Fecafoot, Benjamin Didier Banlock, l’instance faîtière du football camerounais invite les employés de la LFPC « actuellement suspendus à se rapprocher de ses services pour l’évaluation de leur situation professionnelle ». Le communiqué précise que cette opération de recensement court jusqu’au 5 octobre prochain (samedi).

Un autre communiqué, d’un autre Secrétaire général, un autre Benjamin répond au premier. Benjamin Beyeck, Secrétaire général de la LFPC, quelques heures plus tard écrit : « … des manœuvres de déstabilisation sont entreprises vis-à-vis de la LFPC, par ceux qui ont peur de la manifestation de la vérité sur le différend qui l’oppose aux dirigeants actuels de la Fecafoot ». Laquelle manœuvre, précise-t-il, se manifeste par cette convocation des employés de la Ligue à un « pseudo-recensement », après que ceux-ci (Fecafoot) ont été informés par des sources internes d’une réunion « ordinaire et sereine » de coordination de la Ligue.

Le SG de la Ligue estime que cette autre tentative de déstabilisation est de nature à distraire les acteurs du football, les instances judiciaires et les autorités étatiques de l’objectif principal, qui est « le retour à la légalité et à l’ordre statutaire ». En définitive, peut-on le constater, la Ligue continue à travailler en dépit de sa suspension et de la création d’un comité technique transitoire présidé par Aboubakar Alim Konate. Il faut rappeler que le Général Semengue a saisi la fédération internationale de football association (Fifa), l’instance faîtière du football mondial.

Dans sa lettre, le Général Semengue accuse Alim Konaté de vouloir se venger pour l’emprisonnement de sa mère et son frère lors du coup d’État du 6 avril 1984. «Au plan politique, le nommé Aboubakar Alim Konate, désigné président du Comité Technique Transitoire, nourrit une haine personnelle contre le président de la LFPC. Il se trouve que le frère de monsieur Aboubakar Alim Konate, le capitaine Konate, militaire en service dans l’armée de terre, faisait partie des mutins ayant tenté de prendre le pouvoir lors du coup d’Etat manqué du 6 avril 1984. Lequel visait à renverser le Président Paul Biya» écrit-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici