Cameroun – Fecafoot : La candidature de Samuel Eto’o peut-elle être recalée pour sa double nationalité

0
606

Je suis Jean-Pierre ALAMAN, Juriste.

J’interviens ici au sujet de ce qui fait couler beaucoup d’encre et de salive, et entretient moult passions. Il s’agit de la double nationalité de Samuel ETO’O Fils à la FECAFOOT.

En fait, cette affaire relève du système international.  Notamment à la hiérarchie des normes administratives entre le droit positif du Cameroun qui régit la FECAFOOT  et le système international dont la FIFA et la CAF sont concernées. Ce qui fait dire  Juridiquement que, la hiérarchie des normes administratives s’établit comme suit:

La norme Numero

1-Les accords, traités et conventions internationaux;

2- La constitution du Cameroun (celle de 1996);

3- Les lois législatives et organiques;

4- Les Décrets Présidentiels et les Décrets Contre-Seing;

5- Les arrêtés;

6- Les décisions;

7- Les lettres bateaux (lettres circulaires);

8- Les lettres;

9- Les notes de service.

Avec en toile de fond: La norme inférieure doit impérativement obéir à la norme supérieure. Autrement dit, les actes et décisions de la FECAFOOT  doivent impérativement obéir aux actes et décisions de la FIFA et de la CAF, en tenant compte que la FIFA et la CAF ne reconnaissent pas le problème de la double nationalité.

De ce qui précède, la candidature de M. Samuel ETO’O Fils ne saurait être recalée à la FECAFOOT.  Puisqu’il s’agit là  de l’application du droit du système international supérieur aux règles de la FECAFOOT.

Je conseille M. Samuel ETO’O Fils  et son groupe OBAMA et autres de joindre à leur équipe des juristes comme moi pour vous apporter mon Know how juridiquement en faveur de M. Samuel ETO’O Fils.

Informations majeures du Cameroun

Cameroun – Covid-19 : Voici les ministres qui ne vont pas échapper à la colère du président Paul Biya

https://econews55.com/actualite/cameroun-ebats-sexuels-sur-la-toile-un-enseignant-en-justice/

 

Cameroun : Notre confrère Martin Camus Mimb de RSI à nouveau au-devant de la scène

Cameroun : « Ils » donnent 8 mois au régime Biya pour une intervention militaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici