Cameroun : Éséka ou la paix des braves dans le PCRN de Cabral Libii selon Armand Okol

0
393

La délégation du PCRN dépêchée hier matin à Éséka par qui de droit et pour les motifs/raisons connus regagne Yaoundé à l’instant seulement.

Ce fût une journée marathon pour une opération laborieuse dans un exercice coriace.  D’ailleurs au départ de la capitale siège des institutions républicaines, la Team commise pour présider la séance de travail avec l’exécutif communal de Éséka était consciente du challenge de la mission, des enjeux en jeu, des attentes et des répercussions éventuelles à court, moyen et long terme.

Comme dans toutes les situations conflictuelles mais davantage de crises, il fallait absolument et impérativement y appliquer une stratégie à la fois d’intelligence et de sagesse. Sans auto glorification, il y’a lieu de se féliciter du déroulement global des échanges de cette séance de travail. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle fût houleuse, tendue, électrique, surchauffée à des moments. Le tout en toute honnêteté, dans une franchise extraordinaire, à cœur ouvert et surtout sans langue de bois.

Priorité ayant bien évidemment été accordée à l’écoute des protagonistes. À tour de rôle, chacun(e) a pris la parole et s’est lâché(e) à volonté et sans fioritures. Tous les sujets d’achoppement ont été passés au peigne fin, sans protocole et sans limite dans le temps.

Après écoute des différentes sensibilités, il est clairement ressorti que la pomme de discorde n’était pas tant un problème d’égo ou d’orgueil, mais d’avantage des incompréhensions, des quiproquos, un déficit de communication et des pesanteurs dans le circuit d’informations, bref la preuve tangible que les querelles observées au sein du conseil municipal sont essentiellement dues à la volonté, que dire, à la hargne des conseillers municipaux à vouloir impérativement satisfaire aux différentes obligations et promesses de campagne.  Mieux, l’obligation des résultats fixée collectivement par l’ensemble des conseillers municipaux en début de mandat pour satisfaire les attentes des populations.

NB: In fine, des engagements ont été pris de parts et d’autres avec de réels motifs de croire en un avenir ou règnera d’ici peu, une ambiance moins délétère et où seul sera privilégié le boulot pour faire de la Mairie de Éséka, une vitrine et un modèle en terme de management et de gestion de ressources.

Les membres de la délégation ont dès lors déroulé le modus operandi savamment et mûrement pensé: LA PÉDAGOGIE. Happy end donc, le PCRN montre ainsi un bel exemple de vitalité, l’essentiel étant soft, le Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale en sort forcément grandit.

Armand Okol, Secrétaire National à la Presse, à l’Information et à la Propagande.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici