Cameroun : E-learning et le rêve chimérique du Minesup Jacques Fame Ndongo

0
334

Le ministre d’Etat camerounais, ministre de l’Enseignement supérieur, a prescrit aux chefs des institutions les plateformes numériques institutionnelles d’enseignement en ligne dans un contexte où le réseau des télécommunications du Cameroun connaît d’énormes perturbations depuis près d’un an, notamment le segment des communications de téléphonie mobile et de l’internet.

Par Le Messager

Le e-learning ou formation en ligne, est une technologie de l’information et de la communication pour l’éducation. Le principe est simple, une organisation met en ligne une plateforme sur laquelle ses enseignants et ses étudiants vont se connecter. Les premiers pour y déposer ou récupérer du contenu (cours, devoirs, …), avoir un échange interactif avec les étudiants, … et les seconds pour accéder aux contenus (cours stockés ou interactifs, agenda, inscriptions aux cours et examens, …), déposer les examens faits, intervenir sur des forums avec les camarades, …

Les étudiants peuvent être évalués en ligne et/ou en présentiel. C’est ce qu’a proposé le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, le vendredi 20 mars 2020, dans la salle 1036 de son département ministériel, au cours d’une importante réunion consacrée au prolongement des mesures gouvernementales de prévention et de lutte contre le coronavirus (covid-19) édictées par Paul Biya, président de la République du Cameroun, et rendues publiques par Joseph Dion Ngute, premier ministre chef du gouvernement, lors de sa déclaration solennelle du 17 mars 2020.

Au terme des échanges riches et denses consécutifs aux exposés, le Minesup a prescrit aux chefs des institutions d’enseignement supérieur publiques et privés, nationales et internationales et ses collaborateurs, les principales mesures suivantes : au plan pédagogique : la mobilisation des techniques de l’information et de la communication à l’effet de poursuivre les activités de formation en ligne grâce aux outils numérisés accessibles aux étudiants, dont en particulier les plateformes numériques institutionnelles d’enseignement en ligne et les média sociaux. Au niveau de la formation en alternance : les activités se poursuivent dans les structures d’accueil selon les modalités prescrites par les établissements concernés (hôpitaux ; entreprises, etc.) dans le strict respect des mesures édi- tées par le premier Ministre, chef du gouvernement.

S’agissant de la recherche universitaire, elle se limitera aux activités essentielles, dans le respect des prescriptions gouvernementales en matière de soutenances des thèses et mémoires considérées comme prioritaires se feront par la voie de visioconférence devant un jury régulièrement constitué à cet effet par le chef de l’institution universitaire concernée. En ce qui concerne le réaménagement du calendrier des examens et concours 2020 ainsi que le calendrier académique 2019/2020, il sera réaménagé. Pour ce qui est des activités para-universitaire sportives, culturelles et civiques prévues en 2020, notamment les jeux universitaires, le Fetuc, le Fetunec, le Salon de l’orientation universitaire, elles sont reportées à 2021.

Où est la connexion internet ?

Concernant les mesures préventives sanitaires, il a été décidé l’arrêt de toutes les activités ouvertes au public ; la strict application des mesures de protection des personnels et usagers (gestions élémentaires de protection contre le Covid-19, mesures d’hygiène éditées par l’Oms et le ministre de la Santé publique etc.) ; la rotation du personnel en vue d’assurer un service minimum dans les universités publiques et privées, et la réhabilitation des centres médicosociaux des universités (équipements de protection et de réanimation, ambulances médicalisées etc.). Pour ce qui est de la communication, il a été préconisé l’intensification ; sensibilisation auprès de la communauté universitaire à travers les médias classiques et cybernétiques, les moyens d’affichage et la communication direct.

En ce qui concerne le e-learning ou formation en ligne, les étudiants des universités privées et publiques se demandent comment cette mesure sera applicable dans un environnement où l’accès à l’internet est un luxe. Combien d’étudiants camerounais détiennent un desktop ou un laptop ? Pour ceux qui possèdent, combien peuvent payer une heure de connexion à 200 Fcfa dans un cybercafé, pour les plus pauvres et 500 Fcfa, pour les plus nantis dans les cybers Link ? En plus de ces difficultés d’ordre conjoncturelles, eu égards de la condition matérielle de

l’étudiant camerounais, vient se greffer également l’énorme perturbation du réseau des télécommunications que connaît le Cameroun depuis un certain temps, notamment le segment des communications de téléphonie mobile et de l’internet qui semblent les plus touchées. Il suffit

de parcourir les fora Facebook et Whatsapp pour s’en convaincre.

Du côté de l’internet, la situation n’est guère rassurante. Et pour cause, « il est difficile d’accéder à une page. Cela fait plus de trente minutes que je n’arrive pas à ouvrir ma boîte », indique un étudiant rencontré d’un cyber café au quartier Ngoa-Ekellé, dans l’arrondissement de Yaoundé  II. Et son vis-à-vis de dire avoir eu les mêmes désagréments ce matin dans un cyber café à Bonas ». Ce dernier qui ne savait pas que « le problème était général a déclaré avoir essayé de travailler à plusieurs endroits, pour le même résultat : pas de connexion internet ». Autre lieu, même son de cloche. Dans la zone universitaire au quartier Ngoa-Ekellé à Yaoundé, où « j’ai sillonné pas moins de vingt cyber cafés ce matin, avec le même message, il n’y a pas de connexion », s’indigne un étudiant de l’université de Yaoundé. D’après un récent rapport de l’Agence de régulation des télécommunications (Art) de 2017, le taux de pénétration de l’Internet au Cameroun se situe à 35,64 %, donc près de 65% de camerounais n’utilisent pas l’outil informatique.

Pour suivre toute l’Actualité sur le Cameroun, Installez l’Application de CamerPress sur votre Téléphone en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici