Cameroun : Des opérateurs de téléphonie mobile accusés de filouterie

0
528

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) renvoie les opérateurs dans les cordes. L’Association des opérateurs de téléphonie mobile vient de recevoir une réponse plus ou moins inattendue de la banque centrale.

Par Essingan

Alors qu’elle avait saisi la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), pour solliciter son arbitrage relativement au projet du gouvernement camerounais d’utiliser le crédit de communication des abonnés au mobile pour le paiement des droits de douane sur les téléphones portables (réforme finalement suspendue par le chef de l’Etat, Ndlr), l’Association des opérateurs de téléphonie mobile vient de recevoir une réponse des plus inattendues de la banque centrale.

«Je vous prie de bien vouloir noter que les crédits de communication sont une marchandise, un produit ou un service, qui ne servent que pour des services de téléphonie et qui, même s’ils ont une valeur marchande, ne sont pas des moyens de paiement ou de la monnaie. En effet, ils sont créés par des entreprises qui ne sont pas des prestataires de services de paiement habilités à émettre et gérer des moyens de paiement. Les unités de crédit téléphonique ne sont donc pas, en l’état de la règlementation communautaire applicable, ni de la monnaie fiduciaire, ni de la monnaie électronique, ni un instrument ou moyen de paiement», a écrit le gouverneur de la Beac dans une lettre adressée le 29 octobre 2020, au président de l’Association des opérateurs de téléphonie mobile du Cameroun, Frédéric Debord, par ailleurs Dg de la filiale locale du groupe Orange.

Tout en donnant ainsi raison aux opérateurs de mobile, qui s’opposaient au fait pour le gouvernement camerounais de vouloir utiliser le crédit téléphonique pour le paiement des droits de douane sur les téléphones, Abbas Mahamat Tolli somme ces opérateurs de cesser eux-mêmes tout usage du crédit téléphonique comme moyen de paiement. «La Beac met à profit cette occasion pour recommander, à travers vous, aux membres de votre association et à tous les opérateurs concessionnaires de téléphonie mobile opérant au Cameroun et plus largement dans la Cemac, d’éviter à l’avenir toute présentation, usage ou exploitation des unités de crédit téléphonique en FCFA, ce qui est de nature à susciter une confusion avec la monnaie légale en vigueur dans les Etats membres», précise le gouverneur de la banque centrale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici